Home > Société > Yirgou: le chef Koglweogo (groupe d’autodefense) de Boulsa en liberté provisoire

Yirgou: le chef Koglweogo (groupe d’autodefense) de Boulsa en liberté provisoire

Interpellé et détenu à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (Maco) depuis le 24 décembre, le chef Koglweogo (groupe d’autodefense) de Boulsa, Boureima Nadbanka bénéficie d’une liberté provisoire depuis mardi 04 février 2020, a appris radio Oméga, de sources proches du dossier. Des commerçants du marché de Boulsa ont décidé de fermer boutique ce mercredi pour accueillir le chef du groupe d’autodefense, indique le correspondant de radio Oméga à Boulsa.

L’interpellation de Boureima Nadbanka est intervenue près d’un an après le massacre de Yirgou en début janvier 2019. Environ 4 mois avant, deux autres chefs koglweogo, Boukary Bamogo et Boureima Sawadogo, ont été interpellés dans le cadre de l’enquête au cours de laquelle, environ 150 personnes ont été auditionnées et 130 présumés auteurs de ce que d’aucuns ont qualifié de pogrom à Yirgou, ont été identifiés, selon nos sources.

La cinquantaine bien sonnée, Boureima Nadbanka a fait fortune comme planteur en Côte d’Ivoire avant de rentrer en 2014 dans son Boulsa natal où avec l’insécurité, il a implanté le groupe d’autodéfense Koglweogo. C’est lui qui a également implanté les Koglweogo de Barsalogho dont dépendent ceux de Yirgou. Le 1er janvier 2019, des individus armés non identifiés ont fait irruption à Yirgou et ont abattu le chef et trois membres de sa famille. Accusant la communauté peulhe d’avoir hébergé les acteurs de ces tueries, des membres du groupe d’auto défense sont passés à l’offensive. Le bilan officiel de ces massacres fait état de 48 morts mais le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) annonce 216 morts.

Laisser un commentaire