Home > Société > Rentrée scolaire timide au lycée provincial de Koungoussi

Rentrée scolaire timide au lycée provincial de Koungoussi

Les élèves de Koungoussi ont repris ce matin, le chemin de l’école. Une reprise marquée par un fort mouvement de déplacés venant des communes de la province du Bam.

Au lycée provincial, les élèves entament la nouvelle année scolaire timidement. Il n’y a pas beaucoup d’engouement. « Beaucoup de mes amies ne sont pas venues. Ils attendent peut être jeudi ou vendredi. Avec la situation actuelle, ils ont peur de reprendre si tôt le chemin de l’école » explique une élève de la Terminale D.

Se bousculaient devant certaines classes, les élèves nouvellement orientés en 6e ou en seconde. Ils sont pour la plupart venus découvrir leur nouvel établissement et connaître leurs classes. Assis sur leurs vélos ou discutant sous des arbres, ils attendent impatiemment la liste des répartitions.

A la direction, les premiers responsables de l’établissement ont fort à faire face aux inscriptions et réinscriptions. Sur le faible engouement, le Conseiller Principal d’Education (CPE) a relativisé les choses.  » Généralement les élèves ne se bousculent pas les premiers jours. Beaucoup d’entre eux sont en congés n’est et n’ont pas pû regagner Koungoussi à temps. Il y a un qui m’a même informé hier qu’il est toujours à Bobo. Sinon, les enseignants sont déjà au courant de leur emploi de temps avant même la rentrée pédagogique ».

C’est presque le même constat dans les autres établissements secondaires de la ville de Koungoussi, une ville qui continuent de recevoir des déplacés, 30.000, selon des chiffres non officiels, venant de Nasséré, Zimtenga, Bourzanga et Rolo. L’autre équation qui se pose est la suivante : comment ces milliers d’élèves déplacés pourront poursuivre leur cursus scolaire ?

Bernabé Kabré

Laisser un commentaire