Home > Société > Rencontre de Pau : «Nous allons répondre à cette invitation et nous aurons l’occasion de nous parler franchement» (Roch Kaboré, président du Faso)

Rencontre de Pau : «Nous allons répondre à cette invitation et nous aurons l’occasion de nous parler franchement» (Roch Kaboré, président du Faso)

«C’est vrai que je n’ai pas suivi en direct cette question mais j’ai appris effectivement que nous sommes invités le 16 décembre à Pau autour de la question de la force Barkhane et des relations de la France en ce qui concerne l’activité de Barkhane sur les mois et les jours à venir» a indiqué le président du Faso Roch Kaboré. Il a réagi au micro de radio Oméga à la sortie de la nuit anti-corruption hier mercredi à la salle des banquets de Ouaga 2000. «Nous allons répondre à cette invitation et nous aurons l’occasion de nous parler franchement sur les différents questions qui se posent aujourd’hui et dans l’activité que nous menons ensemble pour la lutte contre le terrorisme», a affirmé Roch Kaboré qui est par ailleurs président en exercice du G5 Sahel.

La France veut que les présidents du G5 Sahel expriment clairement leurs positions sur la présence militaire française dans la zone. « Je ne peux ni ne veux avoir des soldats français au Sahel alors que l’ambiguïté perdure à l’égard des mouvements antifrançais », a-t-il averti, une semaine après la mort de 13 soldats de la force française Barkhane au Mali dans une collision d’hélicoptères.

Le président français Emmanuel Macron a invité donc à Pau (sud-ouest de la France) le 16 décembre les présidents des cinq pays du Sahel, afin qu’ils « clarifient et formalisent leurs demandes à l’égard de la France » pour sa présence militaire antiterroriste au Sahel, a-t-il annoncé mercredi à l’issue du sommet de l’Otan. « Nous devons à très court terme clarifier le cadre et les conditions politiques de notre intervention au Sahel avec les cinq Etats africains membres du G5 Sahel » (Mali, Burkina, Niger, Tchad, Mauritanie), a-t-il dit, en dénonçant « des ambiguïtés à l’égard des mouvements antifrançais ».

Laisser un commentaire