Actualite Société

Burkina Education : 113 écoles sous paillote régularisées grâce à la Chine

Désormais, les élèves de l’école primaire de Mia B dans la commune de Arbolé, 80 km de Ouagadougou, recevront les cours dans des salles de classe « normalisées ». Jusqu’ici, ils apprenaient sous des hangars de tôles métalliques clôturées par des murs d’à peine 2 mètres de haut. Leurs salles de classe  figuraient parmi les 4353 “classes sous paillote” dénombrées au début du quinquennat de Roch Kaboré qui s’est engagé à les « résorber » en 5 ans de mandat.

Le 15 juin 2019, grâce à un projet financé par la Chine à l’occasion de la reprise des relations diplomatiques avec le Burkina, le Président du Faso a lancé la construction de 100 écoles en remplacement de 100 écoles sous paillote. Auparavant, l’ambassade de Chine au Burkina avait financé en décembre 2018 sur ses propres fonds la construction de 2 autres écoles. Ce 13 octobre 2020, c’est 113 écoles qui ont été inaugurées officiellement à Arbolé, en présence de l’ambassadeur de Chine au Burkina.

« Il y avait beaucoup de sceptiques. mais aujourd’hui c’est une réalité », a lancé le ministre en charge de l’éducation nationale Stanislas Ouaro qui se dit « très heureux ». « Tenant compte des avantages des taux de change entre le dollar et le franc CFA, et avec une bonne gestion, ça fait un total en moins de 2 ans de 113 complexes scolaires (construits) pour effacer 339 salles de classes », a-t-il expliqué.

« La Chine est aussi passée par ce genre d’étapes dans l’éducation, avec des conditions très fragiles », a déclaré l’ambassadeur de Chine Li Jian. « On partage les mêmes douleurs, on partage les mêmes aspirations pour offrir de bonnes conditions à nos enfants. C’est aussi investir dans l’avenir du pays. C’est (ce qui explique) notre engagement dans le domaine éducatif. Ça constitue un volet prioritaire pour nos relations bilatérales », a soutenu le diplomate. Il s’est dit « très content » de voir aujourd’hui l’engagement de son pays se concrétiser et promet que d’autres possibilités et modalités de financement seront explorées pour continuer à accompagner le Burkina Faso dans la résorption des écoles sous paillote.

Le ministre Ouaro, lui, se satisfait du bilan réalisé en 5 ans par son département. « A la date d’aujourd’hui, nous avons réussi à effacer 3190 salles de classes sous paillote. Donc nous sommes à un taux d’effacement de 73,28% », s’est-il réjoui. Il reconnaît cependant que depuis 2016, 1148 nouvelles écoles sous paillote ont été créées, et n’ont pas été prises en compte dans le bilan mentionné plus haut.

Stanislas Ouaro assure néanmoins que la création d’écoles sous paillote n’est plus d’actualité. « Nous avons pris une circulaire pour arrêter définitivement ces pratiques et instruire nos responsables au niveau déconcentré de ne plus jamais ouvrir une classe sous paillote dans notre pays », a-t-il affirmé, avant d’ajouter que « des efforts seront faits pour effacer les classes sous paillote, pour normaliser les écoles incomplètes (moins de 6 classes, ndlr.) avant d’envisager la construction de nouvelles écoles ».

Abdoul Fhatave TIEMTORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *