Home > Société > Burkina coronavirus : la Chambre des mines fait un don de 200 millions de francs Cfa au ministère de la santé

Burkina coronavirus : la Chambre des mines fait un don de 200 millions de francs Cfa au ministère de la santé

Les sociétés minières présentes au Burkina sous la houlette de la Chambre des mines du Burkina ont fait un don de 200 millions de Francs CFA au ministère de la santé dans le cadre de la lutte contre le coronavirus dans le pays.

Tidiane Barry président de la Chambre des mines du Burkina (CMB) explique que le secteur minier a décidé d’apporter sa contribution pour lutter contre cette pandémie. « Nous vivons tous cette situation difficile de la propagation de la maladie à coronavirus au Burkina Faso et le secteur minier à travers la Chambre des mines du Burkina a décidé de contribuer fortement aux efforts qui sont déployés pour faire barrière au COVID 19 dans notre pays. C’est ainsi que nous avons pu remettre aux autorités une contribution financière de 200 millions de Francs CFA », a-t-il déclaré.

Selon le président de la CMB, d’autres gestes suivront. « La contribution globale du secteur va au-delà de ces 200 millions de Francs CFA. En effet, nous avons pu rassembler 400 millions de Francs CFA de contribution. En plus, les contributions vont se faire en termes de donation de matériels aux différentes autorités ».

Représentant la ministre de la santé à cette cérémonie, Emmanuel Sorgho, Directeur de cabinet à remercier la CMB pour son geste qui servira à l’acquisition de matériels en faveur du personnel soignant. «Naturellement, ce don va nous soulager dans le cadre de la lutte à travers l’acquisition de matériels, d’équipements et produits de santé qui par moments font défaut », a précisé Emmanuel Sorgho.

La contribution financière de la CMB vient s’ajouter à bien d’autres pour la lutte contre le COVID 19 au Burkina. De façon individuelle, chaque sociétés minières, dans sa zone d’implantation, mène des actions en faveur des populations locales et ce, en collaboration avec les autorités sanitaires.

Judith Traoré

Laisser un commentaire