Home > Société > Burkina-Authenticité des diplômes dans la fonction publique: en pleine opération de contrôle

Burkina-Authenticité des diplômes dans la fonction publique: en pleine opération de contrôle

Où en est-on avec l’authentification des diplômes de la fonction publique?

C’est pour savoir justement où en est la phase 1 de l’opération débutée le 1er juillet 2019 que le ministre de la Fonction publique, Séni Ouédraogo s’est rendu ce jeudi 14 mai à l’immeuble Baoghin et à la Direction générale des examens et concours, les deux sites où travaillent les agents commis à cette tâche.

Le processus de l’opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des agents publics commence à l’immeuble Baoghin où une cinquantaine d’opérateurs de saisie repartie en deux groupes procèdent à la saisie des données.

«Ici, c’est la première phase de l’opération de contrôle des diplômes, c’est la phase de saisie. Nous avons des opérateurs de saisies que nous avons recrutée via une société. Nous avons conçus une plateforme dans laquelle ils prennent les informations des fonctionnaires qu’ils mettent dans la base de données. Il y’a ce que l’on appelle les dossiers individuels numérisés pour chaque agent public. Ils vont dans ce dossier  prendre toutes les informations qui seront enregistrées au niveau de la base de données. Dans un souci de confidentialité, après l’enregistrement, l’opérateur de saisi n’y a plus accès. Nos informaticiens procèdent ensuite à une compilation et un traitement de ces données » a indiqué Etienne Kaboré, Secrétaire permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance.

Du 1er au 14 juillet 2019, s’est déroulée l’étape de saisie des diplômes qui a permis de constituer une base de données de 133055 références de diplômes d’agents publics qui correspondent à 83 603 agents publics.

Présentement, à la Direction générale des examens et concours se déroule l’étape de contrôle. « Nous parlons en fait d’une période à partir de 1990 mais, ce n’est pas exclu que si le besoin est exprimé que l’on puisse aller un peu en arrière. Les diplômes concernés sont les deux plus gros rencontrés au sein de l’administration publique burkinabè à savoir le BEPC et le BAC. Pour ce qui est du BAC, au niveau de l’Office du baccalauréat, nous avons des sonnées numériques disponibles à partir de 2004. Donc, de 2004 jusqu’à nos jours, on peut faire une vérification électronique des références liées aux diplômes pour l’Office du BAC. En ce qui concerne les diplômes du BEPC, il faut compter à partir de 2008 à nos jours pour pouvoir faire une vérification électronique. Donc, pour les années antérieures à cette année-là, il faut faire une vérification physique comme nous sommes en train de le faire actuellement » a indiqué  Rodrigue Oboulbiga, chef de département de développement des ressources humaines au secrétariat permanent de la modernisation de l’administration et de la bonne gouvernance.

Pour ce qui est des diplômes obtenus à l’extérieur par les agents publics, un mécanisme de vérification.  « Pour les diplômes qui viennent d’ailleurs nous avons des diplômes principalement de la République de Côte d’Ivoire. Quand nous prenons la première phase en cours, nous avons près de 1900 diplômes acquis à l’étranger et plus de 1 100 de la République de Côte d’Ivoire. Nous sommes déjà en contact avec ce pays via notre ambassade pour pouvoir y aller et faire une vérification physique de ces diplômes-là » a précisé Etienne Kaboré.

Selon le ministre de la Fonction publique, Pr Sény Ouédraogo, cette opération n’est pas une chasse aux sorcières. Sur les deux sites, il a félicité et encouragé les équipes à pied d’œuvre. Il les a aussi demandés de ne pas oublier le caractère confidentiel des données et surtout d’appliquer les mesures barrières de lutte contre la COVID-19. 

Tous les cas suspects seront transmis aux autorités compétentes telles que l’ASCE-LC.   

L’une des recommandations de la conférence nationale sur le système de rémunération des agents publics tenu du 12 au 14 juin 2018 était de mettre en place un dispositif pour limiter les fraudes sur les diplômes au recrutement dans la Fonction Publique. Et le ministère de la Fonction publique a été chargé de sa mise en œuvre, a entamé  l’opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des agents publics.

Judith TRAORE

Laisser un commentaire