Non classé Politique

« Ce ne serait pas de la justice d’accepter Djibrill Bassolet, Ram Ouédraogo, Yacouba Ouédraogo et d’exclure d’autres », Harouna Dicko, candidat recalé à la présidentielle

Harouna Dicko, président du Rassemblement politique nouveau (RPN) et candidat déclaré à la présidentielle du 11 octobre a été recalé par le Conseil constitutionnel pour défaut de pièce justificative de la caution des 25 millions de F CFA. A ce propos, l’intéressé répond : « j’ai entendu cela dans la presse, mais je n’ai pas reçu de notification du Conseil constitutionnel ».

Harouna Dicko reconnait n’avoir pas payé la caution car, dit-il, « ce n’est pas démocratique de payer de l’argent. Il est interdit dans la Constitution de payer de l’argent pour être candidat ». Pour lui, le Code élection est contraire à la Constitution.

Ecoutez Harouna Dicko en intégralité 

Le candidat recalé déclare qu’il réclamera ses droits auprès du Conseil constitutionnel. De ce qui est de la liste provisoire des candidats, Harouna Dicko affirme qu’il y a un problème. Il y a des anciens députés et ministres de l’ex majorité qui y sont et d’autres n’y figurent pas, « cela veut dire qu’il y a déjà des problèmes », explique-t-il.

« Ce ne serait pas de la justice d’accepter Djibrill Bassolet, Ram Ouédraogo, Yacouba Ouédraogo et d’exclure d’autres », a déclaré Harouna Dicko. Il dit s’appuyer ainsi sur la justice et ajoute qu’il n’usera pas de son droit de recours contre un autre candidat.

#Recevez_toute_l_actualité_sur_votre_mobile_orange_en_composant_*319#

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *