Home > Société > Titao (Nord Burkina) : les vendeurs de boissons frelatées sommés de cesser leurs activités

Titao (Nord Burkina) : les vendeurs de boissons frelatées sommés de cesser leurs activités

Le conseil municipal de Titao a pris la décision d’interdire la commercialisation de boissons frelatées sur le territorial communal. Joint au téléphone par radio Oméga, le maire de Titao, Irisso Mandé explique cette interdiction qui a été accompagnée par des fouilles et des saisies dans la ville de Titao. Nous vous proposons l’intégralité de son interview.

Radio Oméga (R.O) : Qu’est ce qui a prévalu à cette interdiction ?

I.M : « Nous avons pris cette décision au regard de notre constat sur le terrain. La jeunesse était en péril. Ce fléau était devenu un problème de santé public. C’est la salubrité publique et la santé publique qui nous a amenés à prendre cette décision au niveau du conseil municipal »

R.O : En quoi a consisté l’opération du mercredi 10 avril 2019??

I.M : « Il faut dire que ça été un long processus, c’est lors d’un cadre de concertation technique vers fin 2018 qu’on nous a dit qu’il y a trop de boissons frelatées, il y a trop de jeunes qui s’adonnent à cette boisson. Il fallait trouver une solution et j’en ai fait part au niveau du conseil municipal qui en sa session du 11 février 2019 a pris une délibération pour interdire la commercialisation de cette boisson sur le territorial communal et j’ai pris moi-même un arrêté en date du 11 février 2019 pour mettre en œuvre cette délibération et j’avais donné un mois pour faire des communiqués radio pour donner un mois à ses commerçants de se mettre en règle, à l’issu des mois, on allait passer à la répression et c’est rentré en vigueur depuis le 10 avril passé. Il faut donc dire que la commune de concert avec les forces de l’ordre et de sécurité ont fait un tour en ville et on pris une très grande quantité. Et à l’heure actuelle au niveau des forces de l’ordre et de sécurité ils n’ont même pas de places, ils viennent même de me demander si je peux les trouver des locaux pour entreposer ça »

R.O : Quelle sera la suite ?

I.M : « On ne veut pas qu’il ait la commercialisation de ces genres de boissons sur tout le territoire communal. Cette boisson intoxique nos populations, on va continuer la répression jusqu’à ce qu’il ait vraiment une salubrité publique pour donner l’exemple aux autres communes »

Propos recueillis par Yacouba Ouilo

Laisser un commentaire