Home > Société > Sécurité : le programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive dans le Sahel lancé

Sécurité : le programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive dans le Sahel lancé

Mis en œuvre par le Groupe Danois de Déminage(DDG), unité technique du Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC) et le Réseau Ouest-Africain pour l’Edification de la paix (Wanep), le programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive dans le Sahel (PLF) a été officiellement lancé jeudi 09 aout à Ouagadougou.

Permettre que les voix des femmes soient entendues quand on parle de sécurité, c’est l’objectif visé par le programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive dans le Sahel(PLF). Trois pays à savoir le Mali, le Niger et le Burkina Faso sont concernés par le programme de leadership féminin.

Pour atteindre leur objectif qui est d’impliquer plus de femmes dans la gouvernance du secteur de la sécurité, les initiateurs comptent passer par la formation. Ainsi, 18 femmes issues de ces 3 pays verront leurs capacités renforcées dans des domaines tels que le leadership, ainsi que sur des concepts clés tels que la sécurité.

« Nous pensons que dans la recherche de la solution à l’instabilité, les femmes ont également leur mot à dire et les femmes ont été longtemps écartées à tort ou à raison des discussions et des recherches de solutions en vue de l’instabilité. En fait pour nous c’est de renforcer les capacités des femmes au niveau national et au niveau régional ensuite les femmes se chargeront elles même de la mobilisation au niveau du terrain pour mieux s’impliquer dans les décisions qui visent la recherche de la solution à l’insécurité. » a indiqué Elise Kokora, directrice pays du groupe danois de déminage au Burkina.

La ministre de la femme Laurence Ilboudo, et patronne de la cérémonie a pour sa part salué l’initiative qu’elle juge pertinente. Selon elle, la femme est l’alliée sûre de la sécurité en amont et en aval.

« Aujourd’hui la sécurité est militaire bien entendu mais elle est humaine aussi et dans ce facteur aussi et dans ce facteur humain, il est important d’impliquer la femme parce que c’est la femme qui peut tirer la sonnette d’alarme. Et en aval pourquoi ? Parce que c’est la femme encore qui aujourd’hui est l’actrice principale de l’insécurité. C’est elle qui est violée, c’est elle qui est dans les rues et donc qui puisqu’elle veut cette sécurité ? Donc elle peut être la lasure des forces de défense et de sécurité. » a-t-elle-dit.

Le programme de leadership féminin va durer 3 années et  est financé par l’Union européenne à hauteur de plus de 700 000 000 million de FCFA selon Hans-Christian BEAUMOND représentant de l’Union européenne à la cérémonie.

Marina Traoré

Laisser un commentaire