Home > Société > Sciences du numérique : l’université Ouaga 3S éclaire la lanterne des étudiants

Sciences du numérique : l’université Ouaga 3S éclaire la lanterne des étudiants

L’université Ouaga 3S a organisé le jeudi 20 décembre un séminaire scientifique axé sur les sciences du numérique. Ce séminaire a eu lieu dans l’enceinte de l’université Ouaga 3s situé à Tanghin (Ouagadougou). L’objectif de ce séminaire était de faire découvrir aux étudiants les sciences du numérique et de les amener à s’y intéresser.

Placé sous le thème « science du numérique et enjeux actuels », ce séminaire a connu la participation de nombreux lycéens et étudiants. À l’issue des échanges, les participants disent avoir appris beaucoup. « C’est un cadre idéal pour nous de mieux voir un peu ce que nous pouvons faire au sein des filières scientifiques. La plupart de ceux qui sont venus ici c’est encore pour plus mieux nourrir leur ambition, mieux nourrir leur vision vis-à-vis de la carrière qu’ils veulent embrasser. », a indiqué Issa Tagnabié, étudiant en 3? année de mathématique informatique.

Le fondateur de l’université Ouaga 3S Ousseynou Nakoulima, explique que les filières scientifiques ont beaucoup de débouchés. « Les gens pensent que quand on fait les formations scientifiques, c’est uniquement pour enseigner. Oui, il en faut pour enseigner, mais il n’y a pas que cela. Aujourd’hui 85 % des métiers d’ici 10 ans ne sont pas connus et on sait que le seul outil capable de les aborder c’est tout simplement des outils numériques », a-t-il déclaré.

Ce séminaire permet aux participants de mettre en pratique leur savoir-faire, selon Marie-Thérèse SOME, représentant le ministre de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation.

« Les séminaires sont l’un des instruments que les universités doivent utiliser pour que les étudiants puissent capitaliser les savoir qu’ils reçoivent théoriquement », a-t-elle ajouté.

L’université Ouaga 3S existe depuis 9 ans et est la 2è meilleur université privée du Burkina.

Djénéba TRAORE. 

Laisser un commentaire