Home > Société > Promotion du lait local au Burkina : les acteurs du secteur s’inquiètent de leur sort

Promotion du lait local au Burkina : les acteurs du secteur s’inquiètent de leur sort

Dans la région des Cascades tout comme dans d’autres localités du pays, la filière du lait local procure plusieurs emplois et des revenus considérables aux acteurs de la chaîne. Ces acteurs sont entre autres les éleveurs, les collecteurs, les vendeurs, les transformateurs et les employés des laiteries. Malheureusement, au regard des changements climatiques, ils font face à d’énormes difficultés liées au manque d’eau, à l’alimentation du bétail, des pistes de pâturage et d’un accompagnement financier.

Un constat sur le terrain durant une campagne de presse organisée le mercredi 20 Février 2019 a donné l’occasion aux hommes de médias de toucher de doigts ces réalités que vivent les acteurs de la filière-lait à Banfora et ses environs. Si durant la campagne pluvieuse, le climat est favorable, il n’en est pas le cas pendant la saison sèche.

« Nous pouvons obtenir 320 litres de lait par jour en période de pluie contre 150 litres par jour en campagne sèche chaque année », confie Amidou Sidibé, collecteur de lait à Djarabakôkô (province de la Comoé).

Ce manque criard de lait chez les éleveurs et les collecteurs se ressent aussi chez les transformateurs des produits laitiers. Alima Tall est promotrice d’une laiterie à Banfora. Elle transforme 300 à 400 litres par jour pendant la saison des pluies et au cours de la période sèche, environs 30 litres sont produits par jour.

Une situation qui préoccupe la plateforme d’innovation-lait de Banfora et l’ensemble des acteurs du pays. Cependant, comme alternatives et solutions à ces préoccupations, ces acteurs invitent le gouvernement et ses partenaires à sauver la filière à travers : la réalisation des forages équipés, des châteaux d’eau, une dotation en aliment-bétail, des magasins pour le stockage de l’aliment, du matériel de conservation et de transport du lait, des parcs à vaccination, des pistes de pâturages, la formation et les systèmes d’insémination.

Djakalidja Sirima, président de la plateforme d’innovation-lait de Banfora

«Nous avons un problème de matériel adapté pour pouvoir booster nos productions », a déclaré Djakalidja Sirima, président de la plateforme d’innovation-lait de Banfora et promoteur de laiterie. Tout comme M. Sirima, Alima Tall invite le gouvernement à leur accorder des prêts pour non seulement soutenir les producteurs mais aussi les transformateurs du lait partout au Burkina.

Suite à ces interprétations, le Directeur Provincial des Ressources Animales et Halieutiques de la Comoé, Ardjouma SIRIMA annonce que des mesures sont déjà engagées pour l’accompagnement de la filière.

« Nous avons un certain nombre de projets au niveau de notre ministère qui œuvrent beaucoup afin que ces difficultés soient remontées. Des forages sont en cours de réalisation, des parcs de vaccination et des pistes à bétail », a-t-il précisé.

Cette caravane de presse de Banfora sur la promotion et la défense du lait local a été initiée par l’ONG OXFAM.

Paul SOMA

Ne manquez aucune actualité en
téléchargeant notre application Radio Oméga sur google Play Store. Suivez nous aussi sur https://twitter.com/radiosomega

Laisser un commentaire