Home > Société > Projet moustiques OGM contre le paludisme : la COPAGEN dit être inquiète des effets secondaires

Projet moustiques OGM contre le paludisme : la COPAGEN dit être inquiète des effets secondaires

La coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN) dit être inquiète des effets secondaires que pourrait avoir le projet 10.000 moustiques génétiquement modifié qui sera mis en œuvre au Burkina entre juillet et novembre 2018. L’annonce a été faite jeudi 5 avril 2018 par la Copagen au cours d’une conférence de presse.

Selon la Copagen, pour un tel projet, les conditions de sécurité requises au plan sanitaire, pour les hommes, les animaux et l’environnement, ne sont pas réunies.

« Quelles seraient les conséquences si une femelle génétiquement modifiée, malgré toutes les précautions, piquait un malade du paludisme et le transmettait à d’autres sujets au sein des populations ? » s’est interrogée le point focal de la COPAGEN Burkina, Aline Zongo.

Le procédé de mise en œuvre de ce projet suscite des interrogations au niveau de la Copagen.

« Quelle serait la nature de la descendance des femelles génétiquement modifiées qui s’accoupleraient avec des mâles non stériles ? », ajoute Aline Zongo. Ces interrogations sont restées sans réponse, selon la Copagen.

«Au vu de ces interrogations qui sont jusque-là restées sans réponse, la Copagen Burkina, invite l’agence de biosécurité à surseoir à l’examen de la demande d’autorisation du lâcher des moustiques mâles stériles en attendant que des réponses définitives et rassurantes soient apportées à toutes les interrogations», a-t-elle précisé.

Financé à hauteur de 37 milliards de francs CFA par des institutions dont la fondation Bill & Melinda Gates, ce projet s’inscrit dans le cadre du programme « Target Malaria » qui est expérimenté dans trois pays africains à savoir l’Oganda, le Mali et le Burkina Fas

Elvis Nadou

Laisser un commentaire