Home > Société > Procès putsch 2015 : “Je pense que c’est Jean Nion Florent, Koussoube Roger, Eloi Badiel et Moussa Nebié qui sont les organisateurs” (lieutenant Relwende Compaoré)

Procès putsch 2015 : “Je pense que c’est Jean Nion Florent, Koussoube Roger, Eloi Badiel et Moussa Nebié qui sont les organisateurs” (lieutenant Relwende Compaoré)

Appelé à la barre mardi matin, le lieutenant Relwende Compaoré a nommément désigné quatre de ses frères d’arme comme étant les organisateurs du coup d’Etat de septembre 2015.”Je pense que c’est Jean Nion Florent, Koussoubé Roger, Eloi Badiel et Moussa Nebié qui sont les organisateurs”, a précisé le lieutenant Relwendé qui a plaidé non coupable des trois chefs d’accusation retenus contre lui à savoir attentat à la sûreté de l’État, meurtres, coups et blessures.

Cependant il reconnaît avoir ordonné des missions pendant le coup d’Etat, notamment à la place de la nation. Le 16 septembre 2015, il dit avoir participé à une réunion présidée par le général Gilbert Diendéré. Après cette réunion, il explique avoir compris que c’est un coup d’Etat. « Je suis là pour contribuer à faire jaillir la vérité, sinon je n’ai jamais été d’accord avec le putsch”, a t-il déclaré.

L’interrogatoire du lieutenant salué par des avocats de la partie civile

A la barre, le lieutenant Relwendé a précisé qu’il assume toutes ses déclarations faites lors de ses auditions passées. « J’ai pris du plaisir à vous écouter. Vous êtes un officier qu’on doit respecter parce que vous avez le courage de dire des choses graves et de les maintenir ici. La vérité apaise «, a indiqué Me Somé Séraphin l’un des avocats de la partie civile, s’adressant au lieutenant.

Dans la même optique Me Prosper Farama estime que les propos tenus à la barre par le fantassin ont soulagé plus d’un. « Les avocats de la partie civile sont soulagés d’entendre vos propos car on a souvent l’impression qu’ici certains accusés se foutent de notre gueule « , a ajouté Me Farama.

Le lieutenant Relwende Compaoré bénéficie d’une liberté provisoire.

Faridah Élodie Sawadogo

Laisser un commentaire