Home > Société > Procès du Putsch de 2015 : « Qui le général Gilbert Diendéré a tué ? » (Me Mariam Kanyili au Tribunal)

Procès du Putsch de 2015 : « Qui le général Gilbert Diendéré a tué ? » (Me Mariam Kanyili au Tribunal)

Les avocats du général Diendéré se sont succédé à la barre ce jeudi matin pour une fois de plus demander l’acquittement de leur client contre qui le procureur du tribunal militaire a requis la prison à vie.

« Qui le général Gilbert Diendéré a tué ? Votre dossier est absolument vide, il n y a pas de preuves et s’il n’y a pas de preuves vous ne pouvez pas condamner vous ne pouvez qu’acquittez » a lancé Mariam Kanyili au tribunal.

Concernant les chefs d’inculpation « meurtres et coups et blessures », retenus contre le général Diendéré, Me Mariam Kanyili estime que le parquet n’a pas pu démontrer la culpabilité de leur client. Pour lui, le parquet doit dire avec des preuves à l’appui qui le général a tué ou blessé. Toujours selon l’avocate, le parquet doit aussi préciser les endroits de la ville où général Diendéré est sensé avoir porté ces coups ou blessé.

« Je sais qu’il vous sera difficile d’acquitter parce qu’une certaine opinion dira que vous avez failli à votre mission mais la mission d’un tribunal n’est pas de condamner mais de juger dans le respect de la loi », a ajouté l’avocate.

Dans la même optique, Me Abdoul Latif Dabo s’est évertué à démontrer et remettre en cause le chef d’accusation d’incitation à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline militaire retenu contre le général Diendéré ne sont pas tient pas la route. Pour lui, le général n’en n’est pas coupable. Il souligne également qu’en dehors de certains propos d’un des coaccusés l’adjudant Jean Nion qui a dit avoir reçu l’ordre du Général Diendéré d’arrêter les autorités, aucune pièce ne prouve la culpabilité du général.

Pour lui le fait que Diendéré ait demandé l’accompagnement du RSP à travers son chef de corps ne saurait expliquer l’incitation à commettre des actes répréhensibles non plus la distribution de la somme de 30.000 FCFA aux agents du RSP. Pour l’avocat, ces avantages ont toujours existé sous le régime Blaise Compaoré. Il demande alors l’acquittement de son client.

Me Olivier Yelkouni qui a ensuite pris la parole pour plaider sur l’infraction de trahison reprochée au Général Gilbert Diendéré.

Après le passage des avocats de la défense, l’audience de ce 1er aout a été suspendue pour des raisons administratives.

Poursuivi pour attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, coup et blessures volontaires, incitation à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline militaire, trahison, le général Diendéré dit n’avoir ni planifié, ni organisé, ni exécuté le coup d’Etat lors de son interrogatoire.

Laisser un commentaire