Home > Société > Premières réactions après l’attaque de Boungou : entre condamnations et bilans évasifs

Premières réactions après l’attaque de Boungou : entre condamnations et bilans évasifs

Pas de bilan. Pas de précision. Le moins que l’on puisse dire du communiqué du porte-parole du gouvernement mercredi soir sur l’attaque de Boungou est qu’il n’a pas été d’un grand éclairage sur la situation. Remis Dandjinou s’est contenté de signaler une attaque meurtrière complexe perpétrée par des hommes armés non identifiés ayant fait de nombreuses victimes et des blessés graves soulignant qu’une opération pour porter secours aux personnes blessées et un ratissage sont en cours. Et puis c’est tout.

Réagissant dans la foulée, Semafo s’est également gardé de donner un bilan signalant juste que les renseignements présentement disponibles font état de plusieurs morts et blessés et promettant un communiqué plus exhaustif lorsque tous les détails seront connus. John Jentz, vice-président de Semafo, signataire du communiqué n’a pas manqué de rassurer leurs partenaires. Je cite: » Le site de la mine Boungou demeure sécuritaire et nos opérations n’ont pas été affectées. Nous travaillons activement avec toutes les autorités concernées afin d’assurer la santé et la sécurité de nos employés, entrepreneurs et fournisseurs. »

Fin de citation

Une fois le bilan de 37 morts et plus de 60 blessés donné le gouverneur de la région de l’Est, le ballet de compassion a débuté. Premier à réagir l’ambassade des États-Unis au Burkina.

« De la part du peuple américain, nous condamnons cette lâcheté commise par les chercheurs du néant et exprimons notre solidarité avec les familles des tombés et des blessés. Que leurs âmes reposent en paix », a écrit Andrew Young sur Twitter. Le Canada, pays dont est originaire Semafo entreprise exploitante de Boungou a également réagi, condamnant fermement l’attaque. « Jusqu’à présent, nous n’avons pas de rapport concernant des citoyens canadiens affectés par l’incident » indique le message posté sur la page Facebook de l’ambassade du Canada au Burkina et au Bénin qui ajoute que le Canada demeure solidaire avec le peuple burkinabè et appuie les actions du #Burkina Faso dans ses efforts de consolidation de la paix et la stabilité au pays et dans sa lutte contre le terrorisme.

Le premier ministre a été la première personnalité politique burkinabè à réagir à cette attaque mercredi nuit. « Notre pays est encore sous le choc suite à l’attaque de cars transportant le personnel d’une société minière faisant malheureusement des victimes à l’Est. En ces circonstances douloureuses, j’exprime toute ma compassion envers les familles des victimes » a écrit Christophe Dabiré sur Twitter

Lamine Traoré

Laisser un commentaire