Home > Société > Planification familiale : l’usage en hausse de 17% chez les femmes de 7 localités du Burkina (Roy Hed DG DMI)

Planification familiale : l’usage en hausse de 17% chez les femmes de 7 localités du Burkina (Roy Hed DG DMI)

Grace à la radio, le taux de planification familiale est en hausse de 17% chez les femmes 7 localités qui ont fait l’objet d’une campagne radiophonique de l’ONG Britannique Development Media International (DMI) au Burkina sur la planification familiale. Les résultats de cette campagne ont été présentés jeudi 7 novembre  2019 au cours d’un atelier organisé à Ouagadougou.

Selon les résultats présentés, la campagne radiophonique sur la planification familiale a conduit à une augmentation moyenne de 5.3 points de pourcentage du taux d’utilisation de la contraception moderne. Lors de l’enquête de suivi de décembre 2018, 35,7% des femmes dans les zones exposées à la campagne utilisaient un moyen de contraception moderne (en grande majorité des pilules, des injectables, et des implants). Ce chiffre était de 30.4% parmi les femmes du groupe de comparaison non-exposé à la campagne. Les données fournies par les centres de santé dans le cadre de cette étude montrent aussi une augmentation du nombre de consultations liées à la planification familiale et du nombre de contraceptifs distribués dans les zones exposées à la campagne.

« L’étude consistait à voir si avec les médias on peut changer le comportement des populations vis-à-vis du planning familial et les encourager à espacer les naissances. Ça augmenté le taux de femmes qui utilisent le planning familial de 17% et nous sommes contents du résultat », a indiqué Roy Hed directeur général de Delevopment Media International (DMI).

Une autre structure  a également pris part à cette étude. Il s’agit de l’organisation de recherche Innovation For Poverty Action(IPA).  Selon le directeur pays d’IPA, Marius Chabi leur travail consiste à la diffusion de l’étude à travers le pays pour montrer. « Nous allons publier ces résultats dans des revues scientifiques et faire savoir que l’étude à changer les comportements », a-t-il ajouté.

Cette campagne a duré deux ans et demi, entre juin 2016 et décembre 2018. Elle a été menée dans 7 localités dont Fada N’gourma, Solenzo, Banfora, Bogandé, Ouahigouya, Boromo et Kongoussi. Elle a consisté en la diffusion de spots radio d’une minute et trente secondes dix fois par jour (avec un changement de spots chaque semaine) et d’émissions interactives de deux heures trois fois par semaine en six langues locales.

Laisser un commentaire