Home > Société > Ouagadougou : bientôt un Plan stratégique d’assainissement pluvial des quartiers périphériques

Ouagadougou : bientôt un Plan stratégique d’assainissement pluvial des quartiers périphériques

Dans le but d’améliorer l’environnement urbain de la commune de Ouagadougou par le développement d’infrastructures d’assainissement pluvial, le Burkina a obtenu de la Banque africaine de développement (BAD), un financement pour la mise en œuvre du Premier Sous-projet d’assainissement des quartiers périphériques de Ouagadougou. Ce vendredi 02 août les acteurs de ce projet étaient réunis à Ouagadougou pour la validation du rapport provisoire de cette stratégie.

Lancé le 04 février 2014, le Premier Sous-projet d’assainissement des quartiers périphériques de Ouagadougou comprend trois composantes, à savoir, le développement d’infrastructures, les études appuis institutionnels et la gestion du sous projet.

Cette stratégie est d’une importance capitale pour le Burkina, selon le Directeur de cabinet du ministre de l’urbanisme et de l’habitat, représentant le ministre. Claude-Marcel Kyelem.

« Vous savez que la question de l’assainissement est une question fondamentale pour nos villes et, présentement nous sommes en pleine saison des pluies et les premières pluies ont donné de voir un peu de spectacles donc, il est important que ces questions soient bien pensées pour que nos villes se tiennent mieux sur leurs sites », a-t-il déclaré.

Cette stratégie a été pensée au regard des difficultés rencontrées par les populations des quartiers périphériques durant la saison des pluies. Boureima Kaboré, est le Directeur de l’agence municipale des grands travaux de la commune de Ouagadougou, coordonnateur de ce projet.

« La situation en matière d’assainissement dans les quartiers périphériques dans la ville de Ouagadougou n’est pas du tout reluisante. Nous avons un taux de couverture de seulement 6% d’assainissement pluvial de la ville de Ouagadougou, ce qui fait que les quartiers périphériques sont tout le temps sujet à inondation quand il pleut », a souligné Boureima Kaboré.

Selon Boureima Kaboré, des réalisations ont déjà été menées. Il s’agit de l’aménagement du canal du Mogho Naaba, l’aménagement des trois zones inondables (Cissin, Tanghin et Rimkièta) ; nous avons également menés un certain nombre d’études dont l’étude portant sous-secteur des eaux pluvial au Burkina Faso. Une fois validée, cette politique permettra d’améliorer les conditions de vie peu reluisantes des populations de la ville de Ouagadougou et notamment elles des quartiers périphériques.

« Nous allons revisiter la question de la gouvernance du secteur, le pilotage donc du secteur des eaux pluvial, parce qu’il y a une nécessaire concertation, une nécessaire cohérence à observer dans les différentes actions en matière d’assainissement pluvial. C’est ce premier point qui va être débattu pour voir qui aujourd’hui des ministères, des collectivités, sont à même de porter ce secteur là pour qu’il y ait une cohérence dans les interventions ; ensuite l’adoption de ce rapport d’étude de stratégie y compris son Plan d’action est prioritaire pour les cinq prochaines années et des projets de textes qui l’accompagne va permettre de mieux mobiliser les ressources et de mieux les orienter vers les secteurs qui sont beaucoup plus dans le besoin afin de gérer plus efficacement la question des inondations dans nos villes, la question de l’assainissement pluvial », a précisé Boureima Kaboré.

D’un cout global de 28 milliards de Francs CFA, cette stratégie nationale est financée par la Banque africaine de développement à hauteur de 25 milliards de Francs CFA, sous forme de dons. La contribution de l’Etat burkinabè s’élève à 2,17 milliards de Francs CFA, et celle de la commune de Ouagadougou est de 0,83 milliards de Francs CFA.

Judith TRAORE

Laisser un commentaire