Home > Société > Nouveau code de l’information : La peine pour diffamation fait des gorges chaudes

Nouveau code de l’information : La peine pour diffamation fait des gorges chaudes

La dépénalisation des délits de presse fait des gorges chaudes entre les professionnels des médias et le gouvernement. En effet à défaut d’emprisonnement pour diffamation, tout journaliste coupable est passible d’une amende de 10 à 15 millions de F CFA comme indiqué dans le nouveau Code de l’information.

Les professionnels des médias après une âpre lutte ont obtenu la relecture du Code de l’information. Les acquis sont considérables : l’accès aux sources d’information, la définition du statut de journaliste, une législation au profit de la presse en ligne.

Mais l’amende de 10 à 15 millions de F CFA  indigne les professionnels des médias. Cyriaque Paré, fondateur du premier journal en ligne au Burkina, lefaso.net, dit être surpris que le gouvernement persiste dans sa volonté de porter à cette hauteur, les peines d’amende en lieu et place des peines d’emprisonnement, surtout quand on sait que c’est un gouvernement issu de la Transition. « On a l’impression que le gouvernement reprend de la main droite, non seulement ce qu’il a donné de la main gauche et même ce qu’il n’a pas donné », estime-t-il.

Pour lui, remplacer les peines d’emprisonnement par l’amende de 10 à 15 millions, c’est vouloir tuer les entreprises de presse. Cyriaque Paré prévient par la même que si cette loi est adoptée, cela entrainerait sans doute la fermeture de beaucoup d’espaces d’expression comme les fora des internautes, certaines émissions d’interactivités.

« Nous ne voulons pas l’impunité pour les médias, parce que la conception de la diffamation telle que retenue dans la loi est très large. 90% des journaux seraient hebdomadairement traduits en justice », a fait remarquer Cyriaque Paré.

#Recevez_toute_l_actualité_sur_votre_mobile_orange_en_composant_*319#
Tu pourrais aussi aimer
Burkina : Création d’un fonds d’appui au profit de la presse privée
Coup d’Etat : Le CNT apporte un soutien de 4 millions aux médias  
 Amende pour diffamation : « C’est un danger pour notre démocratie » Me Prosper Farama 
CANAL 3 rouvre ses portes bientôt 

Laisser un commentaire