Home > Société > Malnutrition: Save the children au secours des enfants de Dori et de Sampelga

Malnutrition: Save the children au secours des enfants de Dori et de Sampelga

Le programme d’urgence pour la prévention et la gestion des cas de malnutrition infantile dans la région du Sahel a été présenté aux différents acteurs le mercredi 23 janvier dernier à Dori. C’est la salle de réunion du district sanitaire qui a accueilli la cérémonie présidée par Inoussa KABORE Haut-commissaire du Seno.

Financé par une fondation privée suisse à hauteur de 145 000 000 de nos francs pour une durée d’un an, le projet SENO NUT de Save the children vise à contribuer à la réduction de la malnutrition aigüe et de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle des populations les plus vulnérables des communes de Dori et de Sampelga dans la région du Sahel.

Le chef du projet, Augustin KABORE a fait, à l’assistance, une présentation assez claire des interventions du projet. Pour lui, ce nouveau projet n’est pas un de plus car, il est vrai qu’il y a beaucoup d’intervenants dans le domaine de la lutte contre la malnutrition dans la région, mais Save the children vient en complément à ces intervenants.

C’est pour cela que les communes de Dori et de Sampelga ont été choisies. Ce projet s’attèlera au renforcement de la gestion des cas de malnutrition aigüe sévère dans les établissements de santé par la formation des agents de santé et des agents de santé à base communautaire, et aussi par l’appui au transport des fournitures des suppléments nutritionnels.

Elle va également renforcer les interventions communautaires à travers des activités de prévention de la malnutrition par la modification des pratiques. Les bénéficiaires sont les enfants de moins de 5 ans et 3000 enfants souffrants de malnutrition aigüe sévère sont visés ; 800 mères d’enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aigüe sévère ; la formation de 46 agents de santé à base communautaire et celle de 14 agents.

Les participants à cette cérémonie de présentation ont félicité Save the children pour sa vision et surtout le choix de Dori et Sampelga comme zone d’intervention.

Des préoccupations et des contributions ont permis aux responsables de Save The Children de savoir qu’ils ne prêcheront pas dans le désert. Le besoin existe et ils ont leur place pour mener à bien cette mission. Les participants se sont même inquiétés du délai très court (1 an) du projet. Mais ils ont été rassurés que quelque chose sera faite pour la pérennisation des actions. Il faut rappeler que le projet a débuté depuis octobre 2018.

Ibrahim BAYILI

Laisser un commentaire