Home > Société > Expiration du délai accordé aux associations pour se conformer à la nouvelle loi sur la liberté d’association

Expiration du délai accordé aux associations pour se conformer à la nouvelle loi sur la liberté d’association

Depuis mercredi 10 avril 2019, les locaux de la direction générale des libertés publiques et des affaires politiques sont pris d’assaut par des usagers, venus se conformer à cette règlementation. Le délai accordé aux associations pour se conformer à la nouvelle loi 064 portant liberté d’association modifiée sous la transition prend fin ce vendredi 12 avril 2019. Les associations disposaient de 03 mois pour se mettre en règle vis-à-vis de la nouvelle règlementation portant liberté d’association’

Cette loi a été votée en 2015. « On avait demandé aux différentes structures associatives de bien vouloir se conformer à ses nouvelles dispositions au bout d’une année. Mais nous nous sommes rendus compte que pratiquement plus de 98 % des associations ne s’étaient pas conformés », a affirmé Emmanuel Sawadogo, le directeur général des libertés publiques.  

Toujours selon le directeur, la nouvelle règlementation apporte des innovations telles que l’introduction d’associations reconnues d’utilité publique et les associations à caractère religieux. Désormais les récépissés sont signés par le ministre en charge des libertés publiques.

Pour certains usagers présents sur place, l’information n’a pas été assez diffusée. « Le délai n’a pas été communiqué officiellement. C’est de bouche à oreille que tout le monde l’a presque appris » affirme François Zondé. 

Ousseni Ramdé quant à lui dénonce une mauvaise organisation qui ne leur facilite pas la tâche. Pour lui au regard du nombre « criard » d’associations qui existent actuellement au Burkina, il aurait fallu mettre des dispositions matérielles pour que les gens puissent attendre.

« Il faut créer simplement une plateforme sur laquelle on peut déposer des modèles type, de sorte que chacun aille sur le site directement puis on imprime »., ajoute-t-il.

En 2018, ce sont 1177 dossiers d’association qui ont été traités par le ministère de l’administration territoriale.

Marina Traoré

Laisser un commentaire