Home > Société > Etat civil : première session ordinaire de l’année du cadre partenarial des acteurs de l’Etat civil

Etat civil : première session ordinaire de l’année du cadre partenarial des acteurs de l’Etat civil

Le ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale (MATDC) tient du 28 au 29 novembre à Ouagadougou sa première session ordinaire de l’année 2019 du cadre partenarial des acteurs de l’Etat civil (CAPEC) au Burkina Faso.

La présente Session qui se tient sous le thème : « La modernisation de l’enregistrement des faits d’état civil y compris en situation d’urgence » va permettre aux acteurs du domaine d’échanger sur les différentes problématiques.


Pour Vincent Sawadogo, représentant du ministre de l’Administration territoriale, l’état civil est un facteur de développement. « Ce cadre est très important pour l’Etat burkinabè car au cours de cette session beaucoup d’engagements seront pris pour l’état civil dans notre pays. Il faut dire que toute politique de développement repose sur l’état civil ». Des résultats comme des propositions pour l’enregistrement continu des faits d’état civil intégrant l’archivage sécurisé des données personnelles sont attendus au sortir de cette session.

Cette activité est financée par le budget de l’Etat, de l’UNICEF et de l’UNFPA. La représentante de l’UNFPA, le Docteur Olga Sankara a salué les efforts du MATDC à travers l’élaboration de la stratégie nationale de l’état civil. Elle a par ailleurs souhaité que des solutions naissent de ces deux jours de travaux.

Le CAPEC est un cadre unique de dialogue ouvert à tout partenaire désireux d’intervenir dans le domaine de l’état civil. Depuis sa création en 2017, il a connu deux sessions ordinaires qui se sont tenues à Ouagadougou.

Laisser un commentaire