Home > Société > Culture du coton : plusieurs recommandations formulées à l’issue d’un atelier de réflexion

Culture du coton : plusieurs recommandations formulées à l’issue d’un atelier de réflexion

Débuté le lundi 11 février, l’atelier de réflexion sur la relance de la production du coton au Burkina a pris fin le mercredi 13 mars 2019. Au sortir de cette rencontre, plusieurs recommandations ont été formulées et un plan de relance de la production cotonnière a été élaboré par les acteurs de la filière coton.

Pour une relance efficace de la production cotonnière au Burkina, un plan d’action a été élaboré par les participants. Ce plan s’articule autour de 5 axes.

« Le premier axe porte sur l’amélioration de la gestion des terres cultivées. Le deuxième porte sur la gestion de l’approvisionnement en intrants agricoles. Le troisième sur le renforcement et la redynamisation des bonnes pratiques agricoles. Et le quatrième axe, sur la mobilisation et la fidélisation des producteurs et le cinquième axe porte sur l’appui à la résilience des producteurs », a précisé Delphine Zoungrana membre de la commission thème et rapportage de l’atelier.

Plusieurs recommandations ont aussi été formulées par les participants à cet atelier, notamment la mise à la disposition des producteurs des semences de coton et d’intrants de qualité et en quantité suffisante. Des recommandations que le Ministre Harouna KABORE a promis soumettre au gouvernement.

« Nous sommes très satisfaits. Les préoccupations ont trouvé des réponses. Sur la question des impayés il y a eu un engagement franc des structures cotonnières qui ont décidé d’accompagner à l’apurement des impayés au niveau des cotonculteurs pour la campagne 2018 2019 et nous travaillons aussi pour que les prix des produits qui vont être mis sur le marché soient accessibles », a indiqué le ministre.

Au Burkina où la production cotonnière de la campagne 2018/2019 a accusé une baisse de 28,57 % par rapport à la saison précédente, les acteurs de la filière réfléchissent à une relance durable de la production.

Marina Traoré

Laisser un commentaire