Home > Société > Burkina : les ministères de l’eau, de l’environnement et de l’urbanisme font le bilan du cadre sectoriel de dialogue « Environnement, Eau et Assainissement

Burkina : les ministères de l’eau, de l’environnement et de l’urbanisme font le bilan du cadre sectoriel de dialogue « Environnement, Eau et Assainissement

Des cadres des ministères de l’eau, de l’environnement et de l’urbanisme se sont retrouvés mardi 30 juillet pour la revue à mi-parcours 2019 du cadre sectoriel de dialogue « Environnement, Eau et Assainissement » (CSD EEA).

Objectifs, examiner valider le rapport de performance à mi-parcours, ainsi que les perspectives pour le reste de l’année, apprécier l’état de mise en œuvre des recommandations et formuler au besoin des recommandations pour une meilleure mise en œuvre de la politique sectorielle EEA.

L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de l’eau Ambroise Ouédraogo qui avait à ses côtés, son collègue de l’urbanisme Maurice Dieudonné Bonanet. Au cours du premier semestre de l’année 2019, de nombreux obstacles ont empêché l’atteinte des objectifs assignés à la politique sectorielle « Environnement, Eau et Assainissement » a déploré le représentant des partenaires techniques et financiers, Briac Deffosis.

Il s’agit de la grève des agents du ministère des Finances et de la lenteur constatée au niveau de la passation de certains marchés publics. En dépit de toutes ces difficultés, le CSD EEA a enregistré des résultats à la satisfaction du ministre de l’eau Ambroise Ouédraogo.

Ainsi, pour ce qui concerne le sous-secteur de l’environnement, on peut citer -le démarrage effectif du processus de définition des cibles régionales de la Neutralité en matière de Dégradation des Terres au Burkina ; -la validation des différentes études devant conduire à l’élaboration de la Stratégie REDD+ au Burkina ; -la validation de la stratégie nationale d’économie verte et son premier plan d’actions par la Commission nationale de Planification et du développement (CNPD).

Pour le sous-secteur « Eau et assainissement », il y a  la réalisation de 50 systèmes d’adduction d’eau potable dont 06 AEPS et 44 PEA ; la réalisation de 317 nouveaux forages et la réhabilitation de 158 forages non fonctionnels ; la réalisation de 7 662 branchements privés ; -la réalisation de 11 105 nouvelles latrines et 222 latrines institutionnelles ; -la réhabilitation de 2 barrages (Yaika et Goumogho) ; l’avancée notable des études techniques détaillées de faisabilité des grands barrages de Ouéssa, Banwaly et Bassiéri.

Pour le sous-secteur de l’urbanisme, on peut retenir-le démarrage des travaux d’assainissement pluvial du site du projet indien à Bassinko ; -le démarrage des travaux d’aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du Parc urbain Bangr-Wéogo ; -l’avancée notable de l’étude de faisabilité technique et économique pour la construction d’un canal de drainage des eaux pluviales à Koudougou.

Ambroise Ouédraogo a bon espoir qu’en décembre prochain, les résultats seront meilleurs. « Présentement, chez nous c’est la période morte. D’ici le mois d’octobre, les choses vont bouger », a déclaré le ministre de l’eau. Le cadre sectoriel de dialogue « Environnement, Eau et Assainissement » fait partir des 14 CSD mis en place pour la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social PNDES.

Judith Traoré

Laisser un commentaire