Home > Société > Burkina: Coronavirus : « Celui qui ne respecte pas le couvre-feu c’est à ses risques et périls(Remis Dandjinou)

Burkina: Coronavirus : « Celui qui ne respecte pas le couvre-feu c’est à ses risques et périls(Remis Dandjinou)

Le porte parole du gouvernement Remis Dandjinou a souligné mardi que les mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus au Burkina pourront être évolutives. « S’il faut mettre Ouagadougou et Bobo-Dioulasso en quarantaine, on le fera », a-t-il souligné. Il a fait cette annonce au cours du point de presse quotidien sur l’évolution de la pandémie au Burkina. Il a indiqué également que l’urgence est de nos jours, est d’interrompre la chaîne de transmission communautaire. « La chaîne de transmission communautaire est celle par laquelle le virus se propage. Le Covid-19 touche toutes les tranches de la population. Chacun doit être responsable de la santé de sa famille et de celle de la population. Il s’agit d’une urgence nationale », a-t-il déclaré. Il a aussi ajouté « qu’un malade infecté, c’est potentiellement 3 autres. L’urgence est donc, de nos jours, d’interrompre la chaîne de transmission communautaire ». Le porte-parole gouvernement est revenu sur la mise en oeuvre du couvre-feu. « Celui qui ne respecte pas le couvre-feu c’est à ses risques et périls. Je suis entièrement solidaire avec les Forces de défense et de sécurité. C’est une question de santé » a-t-il affirmé. Pour les voyages interurbains, le porte-parole du gouvernement souligne que l’arrêté est clair : « instruction a été donné au ministre de la Défense et à celui de la Sécurité de veiller à l’application des textes. Tous les voyageurs seront contrôlés. Plus on aura des personnes contaminées, plus on aura des cas de détresse et plus on aura des cas graves ». D’après lui, il faut trouver le juste milieu en ce qui concerne la fermeture des marchés.« Il faut trouver le juste milieu pour pouvoir assurer le ravitaillement de la population. Le comité s’est réuni ce matin pour l’opérationnalisation de la mesure à prendre. L’objectif premier, c’est de briser la chaîne de transmission ». Enfin, concernant la reprise des cours, le ministre Dandjinou fait observer : « si on se rend compte qu’à la date fixée pour la reprise des cours, renvoyer nos enfants à l’école pourrait être une source de danger pour eux et nos populations, la rentrée du 1er avril sera prolongée. Aujourd’hui, nous ne sommes plus à la demi-mesure ».

Laisser un commentaire