Home > Société > Allaitement maternel : nous sommes tous concernés !

Allaitement maternel : nous sommes tous concernés !

A la veille de la journée mondiale de l’allaitement, Elise Cannuel nous interpelle, dans son Bulletin de santé du 28 mars, sur le rôle que doit jouer l’entourage personnel et professionnel des femmes qui allaitent. L’allaitement exclusif jusqu’à six mois est conseillé pour la santé des bébés. Mais au Burkina, seul un bébé sur deux en profite, selon une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiée en 2017.

Les agents de santé sont les premières personnes ressources sur l’allaitement

L’allaitement ne concerne pas seulement les femmes qui allaitent, au contraire. Les agents de santé ont un rôle essentiel à jouer car ce sont eux qui peuvent donner aux femmes la bonne information juste après l’accouchement au centre de santé. Agents de santé, ne partez pas du principe que les mères savent déjà tout : expliquez-leur les bases, laissez-les poser toutes leurs questions et vérifiez que la mise au sein se passe bien. Dites-leur qu’il ne faut pas faire boire de tisanes aux bébés. Restez par la suite à disposition des mères pour les conseiller lors des différents rendez-vous au centre de santé.

Le rôle essentiel de l’entourage des femmes allaitantes

L’entourage personnel des mères est concerné par la question de l’allaitement. Retenons que l’allaitement fatigue alors que les femmes doivent se remettre de leur accouchement et que la grossesse les a parfois déjà fatiguées. Les femmes qui allaitent ont besoin de beaucoup de repos pour pouvoir produire suffisamment de lait. Il faut les décharger au maximum des tâches ménagères et des courses. Les pères sont concernés : ils doivent tout mettre en œuvre pour que les mères soient aidées au quotidien. Eux aussi doivent s’informer sur les bonnes pratiques de l’allaitement. Quant aux amies, parentes et voisines, elles peuvent aider et soutenir les femmes allaitantes.

Le Code du travail burkinabè prévoit un temps d’allaitement quotidien

Le Code du travail prévoit, dans son article 148, une heure et demi par jour de temps d’allaitement rémunérée pendant 14 mois. Il est important que les femmes connaissent leurs droits et l’exercent. Employeurs, permettez aux mères de s’absenter chaque jour au moment où elles le souhaitent, soyez flexibles et compréhensifs. On peut même aller plus loin : certains permettent aux mères de venir au travail accompagnées de leurs bébés. D’autres proposent même aux femmes la garde de leurs bébés au sein de l’entreprise dans ce qu’on pourrait appeler des petites crèches. Employeurs, non seulement vous ferez un geste en faveur de la santé des enfants mais vous permettrez aussi aux mères de bien s’occuper de leurs bébés, de moins s’inquiéter, d’être plus sereines et donc certainement plus productives au travail.

Des efforts de l’Etat encore insuffisants pour promouvoir l’allaitement exclusif

Au-delà du soutien que nous pouvons tous apporter individuellement aux femmes qui allaitent, il s’agit pour l’Etat de mettre véritablement les moyens pour informer les femmes et la société entière sur l’allaitement exclusif et ses avantages. Il y a, de plus, des efforts à faire dans la formation des agents de santé. Des efforts à faire également dans la règlementation sur les laits en poudre : l’OMS conseille d’encadrer strictement leur publicité et leur vente car les entreprises agro-alimentaires ont de nombreuses méthodes pour faire croire aux femmes que leur lait industriel vaut mieux que le lait maternel. L’objectif est donc de faire de l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois une priorité de santé publique et que toute la population ait la bonne information.

Suivez le Bulletin de Santé chaque mercredi dans Oméga matin entre 6h30 et 7h et dans Oméga soir entre 18h30 et 19h.

Laisser un commentaire