Home > Société > Affaire charbon fin: les sociétés IAM Gold Essakane SA, Bolloré Transports et Logistics SA poursuivies

Affaire charbon fin: les sociétés IAM Gold Essakane SA, Bolloré Transports et Logistics SA poursuivies

Deux personnes morales à savoir la société IAM Gold Essakane SA, et la société Bolloré Transports et Logistics SA sont poursuivies notamment pour des infractions de faux en écriture privée de commerce, d’usage de faux en écriture privée de commerce, d’exportation illégale de déchets dangereux, de fraude en matière de commercialisation de l’or et des autres substances précieuses, de blanchiment de capitaux, a indiqué mardi le Procureur général Laurent Poda au cours d’une conférence de presse.

Selon Laurent Poda, à ce jour, 41 auditions de personnes émanant de la société IAM Gold Essakane SA, de la société Bolloré Transports et Logistics SA, du Bureau des Mines et de Géologie du Burkina (BUMIGEB) et de la direction générale des douanes ont été diligentées dans l’affaire dite charbon fin qui met en cause la société minière Essakane qui aurait tenté d’exporter frauduleusement de l’or.

En plus des personnes « morales », 12 personnes « physiques » des sociétés IAM GOLD ESSAKANE SA, Bolloré Transports et Logistics SA Burkina Faso (BTLSA BF), de la direction générale des mines et de la géologie(DGMG), du Bureau des mines et de la géologie du Burkina(Bumigeb) et la Direction Générale de Douanes (DGD) sont poursuivies. Ces 12 personnes sont poursuivies pour des faits de fraude en matière de commercialisation de l’or et des autres substances précieuses, d’exportation illégale de déchets dangereux, de blanchiments de capitaux, de faux en écriture privée de commerce, de fraude en matière de commercialisation de l’or et des autres substances précieuses, de franchise illégale.

« Les personnes physiques et morales poursuivies ont été citées à comparaitre à l’audience correctionnelle du pôle économique et financier du tribunal de grande instance de Ouagadougou en date du 07 aout 2019 », a précisé le procureur. « Ces personnes bénéficient de présomption d’innocence. Le parquet a diligenté ces poursuites sur la base d’éléments probants et s’attèlera à établir la culpabilité des uns et des autres dans l respect des principes procéduraux ».

Concernant toujours les poursuites, le procureur a précisé que la Cour d’appel n’a pas compétence d’inculper le ministre des mines qui été appelé à la démission par l’opposition. « Nous n’avons pas compétence pour inculper le ministre des mines, cela relève de la haute cour de justice », a précisé M.Poda.

Lors d’une conférence de presse animée le 18 juin dernier, l’opposition qui n’avait pas fourni de preuves disait être convaincue que la société Essakane a bel et bien procédé à une exportation frauduleuse de l’or et d’autres biens précieux estimé à plus de 335 milliards de FCFA avec la complicité de membres du gouvernement. Dans la foulée, elle a appelé le ministre des mines Oumarou Idani à la démission.

L’origine de l’affaire

Suite à une demande du Procureur du Faso, pour des vérifications de conformité, la Brigade nationale anti-fraude (BNAF) a saisi le 30 décembre 2018, à Bobo-Dioulasso 32 conteneurs contenant du charbon fin d’Essakane. Suite à cette saisie, la presse a rapporté qu’il s’agissait d’une tentative d’exportation frauduleuse d’or. Des organisations de la société civile ont également appelé le ministre des mines à faire la lumière sur cette affaire.

Laisser un commentaire