Home > Société > 8 mars 2019: portrait de femmes, zoom sur Sibidou Guigma commerçante

8 mars 2019: portrait de femmes, zoom sur Sibidou Guigma commerçante

À l’occasion du la journée internationale de la femme, nos reporters sont allés à la rencontre d’une commerçante Sibidou Guigma. Elle a débuté son activité commerciale il y a 12 ans de cela avec moins de 5 000 francs Cfa.

Après des années de dures labeur, Sibidou Guigma, 35 ans a vu son commerce évoluer. Outre sa petite table, Sibidou Guigma vend des légumes, du riz, de l’huile et des pâtes alimentaires. Grâce à son activité, elle arrive à subvenir aux besoins de sa famille. Celle que nous sommes allées rencontrer au quartier Yentenga (Ouagadougou) ce lundi 04 mars est une femme battante et déterminée. Très tôt, elle a compris que la femme doit apporter de la terre à la terre.

« J’ai compris que en restant à la maison, sans rien faire, ce n’était pas bien. Si aujourd’hui tu demandes et l’homme ne te donne pas, demain tu demandes encore et il ne te donne pas, tu dois te prendre en main et c’est ce que j’ai décidé de faire en commençant mon activité commerciale. Si la femme à une source de revenu, si petite soit-elle, ça évite les petites bagarres et les disputes dans les couples », soutien Sibidou Guigma.

Du haut de ses 1m63, le teint noir, le pas vif, le sourire toujours aux lèvres, un foulard noué sur sa tête et le pagne bien attaché au tour de ses reins, Sibidou Guigma est très appréciée par ses clientèles qui viennent l’attendre chaque jour, sauf les dimanches pour s’approvisionner. C’est le cas de Marceline Kaboré qui, depuis 6 ans vient quotidiennement acheter ses condiments chez dame Guigma. Elle l’apprécie pour son courage.

« C’est elle qui fait tout à la maison. Si elle ne menait pas cette activité, je ne sais pas ce que la famille allait devenir, car son époux ne travaille plus. Il est gravement tombé malade et c’est elle qui s’est occupé de tout. Aujourd’hui, Dieu merci il va beaucoup mieux » précise-t-elle. Clémence Kéré est une voisine de Sibidou Guigma. Chaque matin, elle vient déposer son poisson fumé et Sibidou l’aide pour la vente. Elle aussi elle est très admirative de Sibidou Guigma pour son courage.

« Nous nous connaissons il y a près de 10 ans. Sibidou est une femme travailleuse, qui ne baisse pas les bras, qui ne cède pas au découragement. C’est grâce à son petit commerce qu’elle arrive à scolariser ses enfants, à les nourrir, les habiller et les soigner bref, à s’occuper d’eux, d’elle-même et de son époux », nous confie-t-elle avec une grande émotion dans la voix.

Son activité commerciale, Sibidou Guigma l’a débuté il y a 12 ans de cela avec moins de 5 000 FCFA. Son parcours a été jalonné de difficultés qu’elle dit avoir surmonté grâce à la prière. Sibidou Guigma est en effet une fervente chrétienne. Parlant de ses difficultés, elle se souvient du jour où elle a confié ses marchandises à sa petite sœur pour aller à la chorale.

Son activité commerciale, Sibidou Guigma l’a débuté il y a 12 ans de cela avec moins de 5 000 FCFA. Son parcours a été jalonné de difficultés qu’elle dit avoir surmonté grâce à la prière. Sibidou Guigma est en effet une fervente chrétienne. Parlant de ses difficultés, elle se souvient du jour où elle a confié ses marchandises à sa petite sœur pour aller à la chorale.

“Croyant vraiment en cette personne, à mon retour donc, ma petite sœur voulait aller récupérer l’argent et je lui ai dit de ne pas y aller, car elle ne connaissait pas bien le quartier. Franchement, à mes débuts, j’ai été confronté à de tels problèmes, sans oublier les vols. On te laisse quand tu as le dos tourné et on vient dérober tes marchandises. Vraiment, comme toute activité commerciale, le début n’a pas été facile”, nous confie-t-elle avec une mine serrée.

Évoquant, ce sujet, nous lui avons rappelé de douloureux souvenir, mais elle avoue avoir pardonné à toutes ces personnes. Levée dès 5 heures du matin, dame Guigma enfourche sa moto direction le marché de Katre-yarr où elle s’approvisionne. Grâce à cette activité dont elle est très fière, Sibidou Guigma arrive à subvenir aux besoins de toute sa famille à laquelle elle est dévouée.

Sans peine, elle allie commerce et travaux ménagers qu’elle fait lorsque la clientèle diminue c’est-à-dire à partir de 12 Heures. S’armer de courage, travailler et avoir foie. Voici le secret de Sibidou Guigma qui, évoquant son cas, invite les femmes à ne pas rester à la maison les mains croisées dans l’attente de moyens financiers conséquents car, elle pense qu’on n’a pas besoin de cela pour entreprendre. Il faut aller à petit pas.

Construire un local et le remplir de marchandises. Tel est le rêve de Sibidou Guigma qui, en cette journée, dédiée à l’autre moitié du ciel, a prévu non pas de faire la fête comme certaines femmes mais d’aller à l’église pour écouter un prêche.

Sibidou Guigma est un exemple et, au quartier Yentenga elle est bien connue et apprécie de tous pour sa gentille, sa politesse son accueil chaleureux et son humilité.

Inoussa Kiema et Judith Traoré

Laisser un commentaire