Home > Société > 11 morts à l’unité anti-drogue : « L’enquête administrative achevée »(Remis Dandjinou, porte-parole du gouvernement)

11 morts à l’unité anti-drogue : « L’enquête administrative achevée »(Remis Dandjinou, porte-parole du gouvernement)

L’enquête administrative sur les 11 personnes décédées le 15 juillet à l’unité anti-drogue à Ouagadougou lors de leur garde à vue est achevée, a annoncé mercredi 25 juillet 2019, le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou à l’issue du conseil des ministres.

Les mesures conservatoires sont maintenues mais selon le porte parole, certaines n’avaient pas lieu d’être.

« L’enquête administrative note qu’un certain nombre d’agents qui étaient censés être de garde, avaient le droit d’être absent parce qu’il y a par exemple le cas d’une femme qui était en congé de maternité, des gens qui étaient en congés de maladie, donc effectivement leur relèvement de cette unité n’a pas de raison d’être. Cela va être corrigé », a précisé le ministre.

Plusieurs agents relevés de leur fonction

Plusieurs fonctionnaires de police ont été relevés de leur fonction suite à ce drame. La suspension plus récente est celle de la directrice de la police judiciaire Nènè Amy Traoré/Ouédraogo directrice de la police judiciaire, selon un communiqué du gouvernement publié jeudi 18 juillet.

Le commissaire de l’Unité antidrogue, Richard Bélem a été relevé de ses fonctions. Outre cette suspension, les policiers qui assuraient la garde des personnes décédées ont été réaffectés selon les infos de radio Oméga.

Selon le journal Jeune Afrique qui cite une source proche de l’enquête, ce drame « ce drame est la conséquence d’une négligence et d’une irresponsabilité ».

Toujours selon le journal, les onze personnes décédées – principalement des Burkinabè – étaient en garde à vue avec une trentaine d’autres détenus dans les locaux de l’Unité antidrogue de la police.

Selon un communiqué publié par le procureur du Faso, une enquête a été ouverte et des médecins légistes ont été requis pour procéder à des examens et autopsies nécessaires dans le cadre de cette enquête. L’autopsie est bouclée également à ce niveau selon le premier ministre Christophe Dabiré.

Laisser un commentaire