Home > Santé > Connais-toi toi-même, côté santé

Connais-toi toi-même, côté santé

En ce début d’année, nous pourrions parler de bonnes résolutions, de sport, d’alimentation équilibrée… Elise Cannuel a choisi de s’intéresser à quelque chose de beaucoup plus simple et de tout aussi important dans son Bulletin de santé du 2 janvier : la connaissance de soi, de son organisme et de son passé médical.

Citons un philosophe dont ceux qui ont été au lycée se souviendront peut-être : « connais-toi toi-même », injonction que Socrate avait reprise à son compte. Connais-toi, côté santé : il s’agit de connaître son organisme, ses points faibles et son passé. Commençons déjà par le groupe sanguin avec son rhésus, c’est une lettre suivie d’un plus ou d’un moins : A-, O+… Si vous devez être transfusé ou donner votre sang pour sauver une vie, connaître son groupe sanguin est essentiel. En parlant de sang, il y a des tests à faire pour connaître ses statuts sérologiques. Quand on parle de sérologie, on ne parle pas seulement du VIH, on parle aussi des hépatites virales ou encore de la syphilis. Ce sont des tests importants pour se comporter en connaissance de cause. Il est également essentiel de connaître ses éventuelles allergies. Si vous avez eu, un jour, une réaction allergique à un aliment, médicament ou autre, il est fondamental de le savoir, de s’en souvenir et de prévenir vos proches et les agents de santé.

Connaître les chiffres clés de sa santé

Même si vous n’aimez pas les chiffres, il faudrait en retenir certains quand ils concernent votre santé et en premier ceux de votre tension artérielle. Quelle est votre tension habituelle ? Vous pouvez aller au centre de santé ou à la pharmacie pour le savoir. Un autre chiffre à connaître est votre poids. Il peut varier de quelques kilos en fonction des événements de la vie mais toute variation importante doit interpeller.

Connaître sa propre histoire et celle de sa famille

Il est également très important de connaître son histoire médicale. Quelles maladies ai-je eu dans l’enfance, quels accidents, quelles opérations de chirurgie ? Et dans un passé moins lointain, cette maladie que j’ai eue il y a quelques mois, comment s’appelait-elle ? Avec quels produits l’ai-je soignée ? Il est tout aussi important de connaître son histoire familiale, ce qu’on appelle les antécédents familiaux, c’est-à-dire les troubles dont ont souffert vos parents directs. Y a-t-il des cas de cancer dans la famille ? Il y a un facteur d’hérédité pour certains cancers, le cancer du côlon, par exemple, ou encore le cancer du sein. S’il y a eu un ou des cas de cancer du sein dans votre famille, c’est une information importante à transmettre à l’agent de santé, notamment quand il est question de contraception et plus largement de votre suivi gynécologique. La notion d’antécédents familiaux est également importante pour les problèmes cardiovasculaires tels que l’infarctus ou l’insuffisance cardiaque. Autant d’informations précieuses pour les agents de santé.

Intéressons-nous à notre propre santé

En 2019, intéressons-nous un peu plus à nous-mêmes ! Lors des consultations, posons des questions à l’agent de santé, il s’agit de notre corps et il a le devoir de nous informer. Terminons en nous adressant aux agents de santé eux-mêmes : l’information, l’explication et la communication sont la base d’une relation soignant-soigné respectueuse. Le patient est le premier acteur de sa santé donc expliquez lui et écoutez-le.

Suivez le Bulletin de santé d’Elise Cannuel chaque mercredi dans Oméga matin entre 6h30 et 7h et dans Oméga soir entre 18h30 et 19h.

Laisser un commentaire