Home > Politique > Université Norbert Zongo de Koudougou: des étudiants protester contre la non-satisfaction de leur plateforme revendicative

Université Norbert Zongo de Koudougou: des étudiants protester contre la non-satisfaction de leur plateforme revendicative

A l’appel de la fédération nationale des élèves et étudiants burkinabè (FNEEB) de Koudougou, des étudiants de l’université Norbert Zongo sont en grève de 48h (du 8 au 9 avril) pour protester contre la non-satisfaction de leur plateforme revendicative dont la réorientation des nouveaux bacheliers dans leur filière, la délivrance à temps des relevés de notes, l’éclairage et la réparation des chaises dans les amphis. Ce lundi, ils ont tenu un sit-in devant la présidence de l’université. Ils étaient des centaines ce lundi matin devant la présidence de l’université pour crier leur mécontentement après plusieurs démarches pour la satisfaction de leurs revendications. Des étudiants veulent être réorientés dans d’autres filières. ‘’L’orientation via la plate-forme Campus Faso n’a pas tenu compte des choix des nouveaux bacheliers. Des étudiants qui ont le BAC C sont orientés en philosophie et certains avec le BAC A se retrouvent dans des filières scientifiques’’, explique Sylvain Bassolé coordonnateur de la fédération nationale des élèves et étudiants burkinabè (FNEEB). Il ajoute que ces derniers prenaient même les cours dans les filières répondant à leur profil, d’où l’appel aux autorités de l’université Norbert Zongo de permettre à ces nouveaux étudiants d’être réorientés. FNEEB réclame que la plus forte note lors des deux sessions soit retenue comme au BAC. « Il est inadmissible qu’un étudiant qui a eu 5 en session de rattrapage dans un module qu’on retienne cette note alors qu’il avait 9 dans le même module en session normale », martèle Sylvain Bassolé. Les mécontents ont plaidé aussi pour la délivrance dans les délais des relevés de notes. « Chaque année, des étudiants ratent la bourse intermédiaire à cause du retard dans la délivrance des relevés des notes », ajoute le coordonnateur. La FNEEB exigent également l’éclairage, la réparation des chaises, des micros dans les amphis et la gratuité du duplicata en cas de perte de la quittance qui est passée de 2 000 à 5 000 Fcfa. Sabouna Ouédraogo

Laisser un commentaire