Home > Politique > TAC 2019 : Les experts balisent le terrain en attendant la conférence au sommet des chefs d’Etat

TAC 2019 : Les experts balisent le terrain en attendant la conférence au sommet des chefs d’Etat

La 8e conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina et la République de Côte d’Ivoire a débuté ce samedi 27 juillet avec la réunion des experts. Cette rencontre de 48 Heures réunie les experts burkinabè et ivoiriens.

Ils vont identifier les éventuelles difficultés qui entravent la mise en œuvre des projets communs et proposer des solutions appropriées en vue de dégager de nouvelles perspectives pour élargir et consolider les relations d’amitié et de coopération entre les deux Etats.

La directrice générale de la coopération bilatérale Olivia Rouamba, explique que si certains accords peinent à trouver un début de mise en œuvre, il faut tout de même se réjouir car les lignes bougent à certains niveaux.

« Nous pouvons citer comme avancées, la traite des enfants car la partie ivoirienne nous a aidé à récupérer des enfants victimes de traite, il y a aussi le contrôle au niveau des frontières, parce que beaucoup de contrôles ont été levés au niveau des frontières. Il y a eu cette entraide au niveau des instances internationales qui a permis l’élection de candidats burkinabè et ivoiriens », a Olivia Rouamba qui a également co présidé la rencontre.

 La partie ivoirienne s’est réjouie de la tenue de cette rencontre.

« Nous sommes très heureux d’être présents à Ouagadougou et, comme d’habitude, nous allons discuter des questions d’intérêts entre les deux pays. Donc, nous venons avec le même état d’esprit, celui de coopération qui a toujours animé nos discussions, nos échanges. Nous espérons pouvoir partir d’ici avec des décisions, des recommandations que nous allons proposer à nos chefs d’Etats qui prendront les décisions idoines », a déclaré Eric Camille N’Dry, directeur Afrique du ministère des Affaires étrangères de la République de Côte d’Ivoire

Les experts burkinabè et ivoiriens ont donc 48 Heures pour échanger et proposer des solutions et recommandations pertinentes, susceptibles de faire avancer l’exécution des conclusions du 7e TAC.

Judith Traore

Laisser un commentaire