Home > Politique > Scrutin du 29 novembre au Burkina : Les Etats-Unis apprécient le processus à sa juste valeur

Scrutin du 29 novembre au Burkina : Les Etats-Unis apprécient le processus à sa juste valeur

L’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso, son Excellence Tulinabo Mushingi était l’invité de l’édition spéciale du journal de 6 h 15 du 29 novembre 2015 sur Radio Omega. Il s’est prêté aux questions de Albert Nagréogo. Il a invité tous les Burkinabè à sortir massivement  pour voter le candidat de leurs aspirations.  

Bonjour Son Excellence que nous vaut l’honneur de la visite de ce matin

Merci de me recevoir ce matin, bien sûr c’est un jour extraordinaire pour l’histoire du pays, pour vous les Burkinabè. J’ai tenu à venir ici pour vous saluer et saluer votre audience mais aussi pour passer le message sur ce jour important pour le pays.

C’est un scrutin très  important pour le Burkina Faso et même historique, que représente ce scrutin pour les Etats Unis ?

Ce scrutin représente un long séjour  comme vous le savez. Ce n’est pas aujourd’hui que nous venons d’arriver ici. Mais nous voilà maintenant au jour et nous sommes très content d’avoir participé avec  tous les Burkinabè à arriver à ce jour. Pour les Etats Unis, c’est un sentiment de succès, c’est un sentiment d’être arrivé  à une étape dans cette longue route de la démocratie.

Quel est le message que vous avez pour les Burkinabè ?

Je suis ici spécialement et principalement venu pour souhaiter  des élections libres  transparentes et apaisées, dire aux Burkinabè que bien sur,  celaa n’a pas été facile d’être ici. Mais, je félicite tous les acteurs parce que chacun a joué sa partition comme vous le savez. Les partis politiques, les citoyens burkinabè, la société civile, la communauté internationale, la CENI, tout le monde  a joué sa partition pour arriver à ce jour. Alors j’invite tout le monde à sortir massivement  pour voter, pour choisir le candidat qui puisse répondre  à leurs aspirations. Il ya longtemps que nous parlons de cela et voilà nous y sommes.  Chacun doit faire son choix et montrer au peuple, à l’Afrique et au monde que le Burkina est arrivé à ce niveau.

Quel sera la suite de votre programme aujourd’hui ?

C’est une journée très chargée, d’ici là je vais passer à l’ambassade pour approuver le message que nous allons envoyer aux Etats Unis en ce qui concerne les élections. Nous avons des équipes un peu partout. Nous avons  à peu près 70 personnes à travers  tout le territoire, nous avons 20 équipes dans 12 régions  du pays. Nous allons collecter leur message et approuver un message commun pour  envoyer aux Etats-Unis. De là je vais visiter certains bureaux de vote, ensuite j’aurai à m’entretenir avec certains de vos confrères des autres radios cet après-midi. Je passerai à la CENI, je passerai voir certaines organisations de la société civile et d’autres acteurs.

Nous espérons aussi vous avoir à la nuit électorale que radio Oméga organise ce soir.

J’ai reçu une invitation et comme vous le savez, ce sont nos collaborateurs qui essaient de nous guider, de nous montrer où il faut aller. Les Etats Unis encourage aussi  tout le monde, que ce soit les candidats, les citoyens, la société civile à faire en sorte que ces élections soient apaisées, et que dès que nous avons les résultats qu’ils soient acceptés, et s’il y a contestation, que ce soit par les voies légales.

Je voulais ajouter qu’après plusieurs péripéties, nous sommes arrivés et c’est une fierté. J’encourage tout le monde à sortir voter et attendre les résultats dans la quiétude.

Quelles appréciations les Etats-Unis font de ces élections ?

Les Etats Unis les apprécient  à leur juste valeur. Si cela se poursuit ainsi, dans la paix, dans le respect, ce sera un exemple clair pour les autres pays de la sous région, de l’Afrique et du monde.

Vous parlez d’une équipe de 70 personnes, on pourrait les appeler aussi des observateurs ?

Oui, nous sommes des observateurs comme vous pouvez le voir sur mon badge. Nous sommes des observateurs invités. Mais nous sommes là seulement pour observer, il appartient aux Burkinabè de choisir leur dirigeant.

Tu pourrais aussi aimer
ONEA : Baisses de pression, voire des coupures d’eau
Burkina : Une OSC plaide pour une libération des détenus politiques
Attaque de Markoye: la 5e dans le Sahel
Diplomatie : Hamidou Touré, l’ambassadeur du Burkina en Ethiopie décédé

Laisser un commentaire