Home > Politique > Projet de loi sur l’IVG : « Si vraiment c’est la vie de la femme menacée qu’on veut protéger et défendre, on n’a pas besoin de modifications, la loi est suffisamment claire la dessus » (pasteur Omar Sawadogo)

Projet de loi sur l’IVG : « Si vraiment c’est la vie de la femme menacée qu’on veut protéger et défendre, on n’a pas besoin de modifications, la loi est suffisamment claire la dessus » (pasteur Omar Sawadogo)

Face à la plaidoirie du ministre de la santé et de la fondation Susan Buffet auprès de l’Assemblée nationale pour une interruption sécurisée de grossesse, le  conseil national des évangéliques pour la lutte contre le SIDA et pour la promotion de la santé a fait combattre que la législation actuelle en la matière suffit à protéger la femme « Si vraiment c’est la vie de la femme menacée qu’on veut protéger et défendre, on n’a pas besoin de modifications, la loi est suffisamment claire la dessus » a déclaré Omar Sawadogo, pasteur et membre du conseil national des évangéliques pour la lutte contre le SIDA et pour la promotion de la santé.

Le code pénal burkinabè autorise déjà l’avortement lorsque la vie de la mère est en danger, lorsque la grossesse est issue d’un viol ou d’une relation incestueuse et enfin lorsque l’enfant à naitre est atteint d’une affection grave.

Pour le conseil national des évangéliques pour la lutte contre le SIDA et pour la promotion de la santé, ceci est un acte contraire aux prescriptions bibliques car conformément aux prescriptions des saintes écritures « dès la conception, l’individu est un être vivant. Il est formellement interdit de porter atteinte à la vie humaine. Ces mêmes écritures saintes soulignent bien : tu ne tueras point car toute vie est sacrée et l’avortement est un crime » indique le pasteur Omar Sawadogo.

Ils invitent alors le gouvernement à renoncer à ce projet qui selon eux n’aura pour conséquence que l’aggravation de la dépravation des mœurs et de l’exposition des jeunes au libertinage sexuel.  Si cette loi venait à passer, les évangéliques comptent exploiter toutes les voies légales pour protester.

Samiratou Guiré/Ilboudo

Laisser un commentaire