Home > Politique > Procès putsch de 2015: « si la hiérarchie avait dit non, honnêtement j’aurais fait marche-arrière. » (Gilbert Diendéré)

Procès putsch de 2015: « si la hiérarchie avait dit non, honnêtement j’aurais fait marche-arrière. » (Gilbert Diendéré)

En acceptant sa désignation à la tête du Conseil national pour la Démocratie, en demandant le matériel de maintien d’ordre et en mettant à sa disposition l’escadron d’escorte et d’honneur, le général Gilbert Diendéré estime que » Il n’y a pas meilleur accompagnement que ça de la part de la hiérarchie militaire « .

A en croire le général, la hiérarchie n’a pas refusé de l’accompagner . » Honnêtement si elle avait dit non, moi j’aurais fait marche-arrière . Mais ça n’a pas été fait parce qu’on est d’accord. Je n’avais pas de troupe, je ne commandais que ma femme et mon enfant » affirme t-il.
Pour le général de brigade Diendéré, les chefs militaires devraient également être poursuivis parce qu’il y’a « des accusés qui sont ici parce qu’ils n’ont fait que appeler. Ils n’étaient pas sur le terrain, ils n’ont rien fait ».

Laisser un commentaire