Home > Politique > Procès putsch de 2015 : récits effroyables des témoins à la barre le mardi 9 avril

Procès putsch de 2015 : récits effroyables des témoins à la barre le mardi 9 avril

Près d’une trentaine de victimes et parents de ceux qui sont morts ont été entendus ce mardi 9 avril 2019.

Des victimes atteintes par balles, qui vivent jusque-là avec des séquelles, qui n’arrivent plus à jouir de leur intégrité physique, des balles reçues des suites de rafales d’éléments de l’ex RSP. Selon leurs récits les éléments responsables des tirs étaient habillés en tenue léopard, ils étaient encagoulés et patrouillaient dans la ville de Ouagadougou, soit en binôme sur engin à deux roues, soit dans des véhicules Land cruiser v8 noir.

L’un d’entre eux a reconnu des armes utilisées, dit-il, des Kalachnikovs AK-47, des pistolets automatiques. Et des tirs à bout portant, il y en a même qui ont pipé mot sur des prénoms de leur bourreaux. Mais de la majorité des témoignages rendus, nombreux sont ceux qui disent ne pas reconnaître ceux qui leur ont tiré dessus.

Yelnogo Boukaré coule des larmes à la barre

Yelnogo Boukaré, lui n’a pas pu retenir ses larmes à la barre dans sa narration, quand j’ai vu le corps de mon frère Salfo Yelnogo aux alentours de l’école de la douane, je me suis mis à genou pour le relever, mais il saignait tellement, il a succombé, une balle lui a été planqué au dos. Puis, il fond en larmes. Richard Sédogo unique fils de ses parents est mort dans ses circonstances, Apollinaire Kologo, également unique fils de ses parents a reçu quatre balles, il en a succombé. Le parquet observe que « c’est insoutenable quand vous êtes à mains nues, c’est insoutenable quand ça vient des forces armées nationales ».

Asmaho Dao

Laisser un commentaire