Home > Politique > Procès putsch de 2015 : le sergent-chef Nobila Sawadogo à la barre

Procès putsch de 2015 : le sergent-chef Nobila Sawadogo à la barre

Le premier à être appelé à la barre ce vendredi 15 mars a été l’accusé, le sergent-chef Nobila Sawadogo qui selon des déclarations de coaccusés, aurait fait partie du commando qui a procédé à l’arrestation des ministres de la transition le 16 septembre 2015 et il aurait toujours selon ces déclarations, fait partie de la garde d’escorte qui est allée chercher le général Diendéré chez lui.

L’accusé avait déjà expliqué dans sa déposition qu’il a eu à effectuer des courses en ville la journée du 16 septembre. Pour ce qui concerne sa présence dans l’escorte, il explique que c’est plutôt le 17 qu’il l’intègre. C’est donc pour démontrer et justifier cela que, que son avocat Me Flaure Toé a fait venir à la barre trois témoins.

D’abord Salam Sawadogo, cousin de l’accusé avec qui il était la matinée. Ensuite a suivi à la barre, le témoin Rufine Sawadogo chez qui l’accusé est allé acheter des fournitures scolaires, avant de se séparer d’elle aux environs de 15h30 et enfin, le dernier témoin, le sergent jean Yonli qui a confirmé l’heure de 17h comme heure d’arrivée de l’accusé au camp Naaba kom. Ces témoignages se sont ajouté ceux des coaccusés qui ont tenu à rectifier leurs déclarations. Trois témoins étaient absents

L’autre fait du jour a été l’absence de trois témoins qui ont manqué à l’appel à la barre. Il s’agit de colonel major Honoré Nombré, du capitaine Stephane Sessouma et du lieutenant-colonel Ernest Yelemou de la brigade nationale des sapeurs-pompiers. Le capitaine Stephane Sessouma et le lieutenant-colonel Ernest Yelemou sont tous deux admis en stage. Quant au colonel major Honoré Nombré, il est le seul témoin des trois à avoir dans les procédures, justifié son absence pour des raisons de santé.

Le procès suspendu reprendra donc le lundi 18 mars prochain

Elvis Nadou

Laisser un commentaire