Home > Politique > Procès putsch de 2015: l’ancien patron des avocats à la barre

Procès putsch de 2015: l’ancien patron des avocats à la barre

C’est un habitué des procès et des questions juridiques qui a comparu devant le tribunal militaire mercredi matin. Celui-là même qui défendait des accusés se retrouve dans une posture d’accusé dans le dossier du coup d’Etat de septembre 2015.

Mamadou Traoré puisque c’est de lui qu’il s’agit, ancien bâtonnier est accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires et ne reconnaît pas les faits qui lui sont reprochés.

Une situation d’inconfort pour les avocats comme le souligne Me Prosper Farama. « Permettez-moi d’exprimer mon ressentiment d’inconfort et de malaise de vous interrogez. Vous êtes un confrère, un ancien bâtonnier, un aîné et un Ami », a-t-il déclaré. Ceci ne l’empêchera cependant pas de poser ses questions et de formuler ses observations. Des avocats de la défense qui sont intervenus ont formulé des observations tendant à disculper leur collègue. Ce qui a amené le Président du tribunal à demander de savoir s’ils se constituaient aux cotés de Me Mamadou Traore. Me Idrissa Badini a par exemple déclaré  » Ce que je retiens c’est qu’on s’acharne inutilement sur le bâtonnier. ‘’En vérité il n’y a rien qui puisse être retenu contre l’accusé »’’, selon lui.

Une situation d’inconfort pour les avocats comme le souligne Me Prosper Farama. « Permettez-moi d’exprimer mon ressentiment d’inconfort et de malaise de vous interrogez. Vous êtes un confrère, un ancien bâtonnier, un aîné et un Ami », a-t-il déclaré. Ceci ne l’empêchera cependant pas de poser ses questions et de formuler ses observations. Des avocats de la défense qui sont intervenus ont formulé des observations tendant à disculper leur collègue. Ce qui a amené le Président du tribunal à demander de savoir s’ils se constituaient aux cotés de Me Mamadou Traore. Me Idrissa Badini a par exemple déclaré  » Ce que je retiens c’est qu’on s’acharne inutilement sur le bâtonnier. ‘’En vérité il n’y a rien qui puisse être retenu contre l’accusé »’’, selon lui.

« Je n’ai pas amendé un document. Je suis allé passer le message de Macky Sall au général et je suis parti chez moi », a-t-il précisé. Le général Diendéré le cite aussi comme un membre de sa délégation lors des réunions avec les chefs d’État de la CEDEAO. « Je n’ai jamais participé à aucune rencontre avec le général et les chefs d’État. La seule réunion c’est lorsque j’étais avec Macky Sall dans sa suite à l’hôtel Laico et le général m’a contacté demandant à revoir le président et il est venu. » a martelé l’accusé. Le général reviendra après sur ses déclarations. Me Prosper Farama dit de ne pas comprendre que « le général qui doit parler avec certitude, conviction et avec prudence puisse faire de telle déclaration qui implique le bâtonnier dans le coup d’État et après revient sur ces propos plus de 8 mois après ». « On est amené à se demander si le général n’a pas voulu décharger des gens  » se questionne l’auxiliaire de justice.

Faridah Elodie Sawadogo

Laisser un commentaire