Home > Politique > Procès putsch de 2015: Gilbert Diendéré reconnaît avoir rédigé la proclamation de prise du pouvoir du CND

Procès putsch de 2015: Gilbert Diendéré reconnaît avoir rédigé la proclamation de prise du pouvoir du CND

Le général Gilbert Diendéré a reconnu ce mardi avoir rédigé la proclamation de prise de pouvoir du Conseil national pour la démocratie (CND). « Honnêtement, j’ai rédigé un document avec les points de revendications qui étaient connus, j’ai remis à un sergent pour qu’il le mette au propre et je suis parti. C’était une forme de déclaration », a confié le général. Il précise que cela s’est passé avant la deuxième réunion de la Commission de Réflexion d’Aide à la prise de Décision (CRAD) tenue au ministère de la défense, après la rencontre de la commission avec les hommes au camp Naaba Koom 2. Selon lui, c’est à cette rencontre que le mot coup d’Etat a été prononcé pour la première fois. Face aux éléments du RSP qui refusaient de libérer les autorités sans qu’il n’y ait des « engagements forts », Mgr Paul Ouédraogo, archevêque de Bobo aurait répondu : « actuellement le pouvoir est vacant. Si c’est un coup d’Etat il faut le dire », avant de conclure que « c’est à l’armée de prendre ses responsabilités ».

Selon le général Diendéré, c’est à la 2e réunion de la CRAD dans la même nuit du 16 au 17 qu’il s’est proposé pour porter le coup. Il dit avoir proposé d’abord l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo qui a refusé, puis le chef d’état-major général des armées (CEMGA), Gal Pingrenoma Zagré qui, lui aussi a décliné, justifiant qu’il ne contrôlait pas les hommes du RSP. Le général Oumarou Sadou, actuel CEMGA quant à lui a proposé « que ceux qui ont commencé l’action l’assument ». Diendéré dit s’être opposé à ces refus. « J’ai dit non. Ce ne serait pas correct. A partir du moment où les choses sont ce qu’elles sont, il revient aux chefs militaires que nous sommes d’assumer », a-t-il déclaré. Ensuite il s’est proposé pour le faire, en demandant le soutien du reste de l’armée parce que pour lui, « il fallait gérer la situation de façon collégiale ». D’après ses dires, les chefs militaires ne s’y sont pas opposés. C’est de retour au camp Naaba Koom 2 que la déclaration sera finalisée pour lecture le même jour à la télévision nationale.

Laisser un commentaire