Home > Politique > Procès du putsch de 2015 : les avocats de la défense dénoncent une violation de leurs droits

Procès du putsch de 2015 : les avocats de la défense dénoncent une violation de leurs droits

Après une courte pause, la défense s’est indignée suite à la lecture d’éléments sonores considérés comme pièces à conviction qui les oppose à cette étape du dossier. « La procédure est complètement faussée », s’indigne Me Dieudonné Ouilli. Son collègue, Me Dieudonné Bonkoungou, lui s’est dit écœuré. « Je me suis préparé à défendre un SMS et aujourd’hui je découvre un élément sonore « , a-t-il déclaré. Pour lui, a aucun moment, le juge d’instruction ne les a appelé pour dire qu’il y a un élément sonore.

« Nous disons donc qu’il y a violation des droits de la défense  » poursuit-il. « Le procès pénal n’est pas un jeu de cache-cache », ajoute Me Zaliatou Awoba, car l’ouverture des scellés devraient être en présence des accusés et de leurs conseils. « Chose qui n’a pas été faite », dit elle.

Concernant l’élément qui est une communication entre Abdoul Karim Traoré et Diéri un responsable de MNLA, Me Awoba déclare : « je me suis entretenu avec mon client pendant la suspension, et il dit que la langue parlée dans la bande n’est pas du Tamachèque, et il ne reconnait pas cette bande sonore ». « Ce n’est pas ma voix, et je ne parle même pas cette langue », indique l’accusé Sidi Lamine Oumar. Indignation partagée semble-t-il, puis ce que, Me Prosper Farama de la partie civile indique que la défense devrait demander l’entièreté du dossier avant même de chercher à défendre qui que ce soit.

« C’est nous qui sommes surpris » affirme le parquet. Comment se fait-il que des gens qui sont dans le dossier depuis des années disent ne pas avoir connaissance de ces éléments sonores? « , ajoute le parquet. Pour le parquet, la défense est en manque d’arguments.

« Nous nous attendions à des réactions sur le fond des éléments mais la défense se cantonne sur la forme » selon le parquet. Les sons de cloche diffèrent au sein de cette même défense. Pour certains c’est la première fois qu’ils entendent l’élément, pour d’autres en l’occurrence Me Bonkoungou, les éléments touchent en partie la vie privée des clients en général  »

Mohamed Nakanabo

Laisser un commentaire