Home > Politique > Procès agent de santé Nonguezanga Kaboré: 6 mois avec sursis requis par le parquet pour « non assistance à personne en danger »

Procès agent de santé Nonguezanga Kaboré: 6 mois avec sursis requis par le parquet pour « non assistance à personne en danger »

6 mois d’emprisonnement avec sursis, c’est ce qu’a requis le parquet après plus de trois heures de procès, à l’encontre de l’agent de santé Nonguézanga Kaboré qui avait été révoqué en 2012 pour n’avoir pas été à son poste le jour du décès d’une patiente.

Le procès qui a fait le plein de la salle d’audience du Tribunal de grande instance de Ouahigouya, Nord, un peu plus de 150km de Ouagadougou s’est tenu mercredi matin.

Poursuivi pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger, le parquet a laissé tomber la première charge et n’a retenu finalement que la non-assistance à personne en danger.

Me Prosper Farama qui a assuré La Défense, tout en déplorant le décès de la patiente a poussé « un ouf de soulagement » pour son client qui, selon lui vivait dans le stress depuis des années.

« S’il y avait grève et que l’agent n’était pas à son poste, il est de la responsabilité de l’Etat à travailler pour éviter des grèves », a fait savoir l’avocat.

« Mon client n’est pas coupable », a rassuré Me Farama.

C’est le même son de cloche du côté du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) qui a mobilisé plusieurs dizaines de ses militants, en blouses blanches, à assister au procès.

« Ce procès a pour but de briser le mouvement syndical en remettant en cause les libertés », a dit Pissyamba Ouédraogo, Secrétaire général du SYNTSHA.

Le syndicat affirme que la grève de ce mercredi pour soutenir l’agent Nonguézanga Kaboré n’est pas de trop car l’objectif de l’Etat, c’est d’anéantir le syndicat, a souligné M. Ouédraogo.

L’avocat et le syndicat disent être mobilisés jusqu’au verdict attendu pour le 14 février 2018.

Le grand absent de ce procès a été la famille de la victime qui ne s’est pas présentée.

Lamine Traoré, envoyé spécial

Laisser un commentaire