Home > Politique > Présidentielle 2015 : L’intégralité du discours du président de la CENI

Présidentielle 2015 : L’intégralité du discours du président de la CENI

Message de Barthélémy Kéré, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à l’occasion du lancement de la campagne électorale pour les élections couplées du 29 novembre 2015.

Cher concitoyens, chères concitoyennes, l’ouverture de la campagne électorale pour les élections législatives et présidentielle du 29 novembre 2015, m’offre l’opportunité de m’adresser  aux acteurs du processus électoral, particulièrement aux candidats, aux partis et formations politiques, aux regroupements indépendants, et aux électeurs.

A vous tous, j’exprime mon entière satisfaction, pour votre implication dans la mise en œuvre du processus électoral, et pour le chemin parcouru ensemble jusque-là, permettant l’ouverture de la campagne électorale dans un climat apaisé.

Vous le savez, ce parcours n’a pas été sans difficultés mais par la grâce de Dieu, les burkinabés ont toujours su les transcender, pour faire prévaloir l’esprit de patriotisme, afin de sauver le processus des aléas de toutes sorte.

Les élections du 29 novembre 2015 qui doivent marquer la fin de la transition, et consacrer le retour de notre pays a une vie constitutionnelle normale,  constitue un défi majeur pour notre pays. Les enjeux nous paressent si énormes au plan national et international, que nous devons tout mettre en œuvre pour ne laisser aucune place au risque d’échec. Nous devons réussir ce pari avec l’histoire, et pour cela, chacun de nous doit jouer sa partition, car l’intérêt supérieur de la nation en dépend largement.

Chaque burkinabé doit faire montre d’un sursaut patriotique, de sagesse et de civisme, afin de préserver des acquis cher à notre pays. Le caractère couplé des élections avenir, nous donne d’assister pour l’une des rares fois à l’ouverture successive de deux campagnes électorales.

Dans un premier temps, avec l’entrée en scène des candidats retenus par le Conseil constitutionnel, dans la compétition présidentielle dès ce 08 novembre 2015, dans un second temps, à partir de la semaine prochaine, avec l’ouverture de la campagne pour les élections législatives.

Au total, 14 candidats sont engagés dans la compétition présidentielle, 81 partis politiques, 18 regroupements indépendants sont en lice pour les élections législatives. Cela augure sans doute d’une campagne pleine de vitalité, mais aussi d’une période ou vont s’exacerbé les rivalités, l’enjeu étant de convaincre les 5 517 015 électeurs, inscrits sur les listes électorales.

Ces rivalités sont d’une légitimité certaine, car la campagne électorale reste une phase de marketing et de séduction politique, ou chaque candidat présente son projet de société, qu’il juge le meilleur, dans le sens d’apporter une plus-value à la qualité de vie de nos populations. Autrement dit, c’est l’espace ou l’offre et la demande politique croissent avec pour enjeu le développement harmonieux et intégral de notre pays.

Il y a lieu de rappeler néanmoins, que cette phase doit être abordée avec courtoisie,  fraternité et fair-play. C’est pourquoi, j’en appelle à la raison, et à la responsabilité de tous les acteurs, pour que la campagne qui s’ouvre ne constitue pas un moment de spectacle désobligeant. Une tribune de pugilats verbaux, encore moins, un espace de prolifération de la violence, sur toutes ses formes.

A cet effet, le pacte de bonne conduite que vous avez tous souscrit, le 21 aout 2015, énonce dès son article premier et je cite : « Les parties prenantes s’engagent à œuvrer pour la sauvegarde de la paix, de la concorde sociale et de l’unité nationale, par l’acceptation des diversités d’options et d’opinions politiques, et le rejet de la violence sous toutes ses formes ». Fin de citation.

J’invite donc particulièrement les partis politiques, les regroupements indépendants et les candidats aux différents scrutins, de même que les électeurs, à cultiver l’esprit de fraternité, de tolérance,  de pardon et de respect mutuel, a se prémunir des valeurs humaines positives, afin de faire échec aux démons de la division, et de la discorde. Il est de la responsabilité de chaque acteur, candidats, partis et électeurs, de s’abstenir personnellement de toute initiative de fraude électoral et de cultiver au tour de lui un tel comportement afin que tous ensemble, nous puissions vivre un processus électoral dans un climat de paix.

J’en appelle aussi à la conscience professionnel et la responsabilité sociale, des femmes et hommes de médias, afin qu’en toutes circonstances, ils travaillent à informer sainement les populations, ils veillent à s’abstenir de relayer des propos de nature à alimenter la haine, et la violence.

Aux forces de défense et de sécurité, je les invite à demeurer vigilantes, afin d’offrir aux acteurs un espace de campagne et de vote sécurisé, car le défi sécuritaire est l’une des priorités actuelles du processus électoral. J’invite les populations à les accompagner dans cette mission, en portant à leur connaissance, toute information utile.

Nous le savons, des élections apaisées avec des résultats acceptés de tous, dépendent en grande partie de la qualité de l’organisation du processus électoral. La CENI, remercie l’ensemble des composantes sociales du peuple burkinabé, pour la confiance placée en elle, en lui confiant l’organisation de ces scrutins. Nous prônons l’engagement de maintenir et de renforcer le professionnalisme dont nous avons toujours fait preuve. Nous continuerons à  jouer à fond la carte de la transparence et du professionnalisme, dans tous les compartiments de l’organisation de ses élections.

Cher concitoyennes, chers concitoyens, les élections étant le moyen privilégié de l’expression démocratique, les scrutins de sortie de transition à venir, doivent nous engager d’avantage, sur la voie de la démocratie.

A cette occasion, il nous appartient de confirmer notre choix résolu et définitif en faveur  de la démocratie, en participant massivement au vote. C’est un rendez-vous avec l’histoire, que chaque électeur est invité à honorer, en se rendant aux urnes, pour voter le 29 novembre prochain. J’ai foi en notre capacité à relever ensemble, le défi organisationnel de l’élection présidentielle et législative que nous voulons libre, transparente et apaisé. Notre intégrité nous y oblige, je sais compter sur chaque acteur, pour que la campagne électorale qui commence, se déroule dans une bonne ambiance de paix sociale à la satisfaction de tous.

Bonne campagne électorale, bonne chance à tous les candidats et à tous les partis, que Dieu protège le Burkina Faso, je vous remercie.

Tu pourrais aussi aimer
Reprise partielle des élections municipales : la priorité du nouveau « commandant » de la CENI
Newton Ahmed Barry Président de la CENI, qui est l’homme ?
Barthélémy Kéré a remis son rapport à Roch Kabore
Présidence de la CENI : Newton Ahmed Barry pourra bénéficier de l’onction de l’opposition selon Zéphirin Diabré

Laisser un commentaire