Home > Politique > Mouvement d’humeur de la police : le cfop déplore une “indifférence”du gouvernement

Mouvement d’humeur de la police : le cfop déplore une “indifférence”du gouvernement

Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) a déploré mardi lors d’une conférence de presse, “une indifférence” du gouvernement face au mouvement d’humeur qu’observent depuis le lundi 4 mars 2019 les policiers.

« Le Premier ministre Christophe Dabiré, qui a fait du dialogue social l’une de ses priorités, doit au plus vite échanger avec les représentants des policiers, et autoriser son Gouvernement à donner les moyens et le matériel nécessaires à ces policiers, de même qu’à l’ensemble des FDS, pour l’accomplissent de leur mission de protection des citoyens et de leurs biens » a déclaré le Cfop.

Faisant référence à une interview accordée par le président du Faso aux journalistes de la chaîne allemande Deutsche Welle, le CFOP souligne que le président a avoué avoir reçu à Kossyam (le palais présidentiel) des leaders terroristes. Pour l’opposition, cela est une grave erreur. “Dans certains pays, le Président du Faso aurait été mis en accusation pour haute trahison, pour avoir accueilli ou rencontré les ennemis de la Nation en temps de guerre”, estime le Cfop.

« Il peut se rattraper. Il doit faire publier la liste nominative de ces leaders terroristes, avec leurs photos à l’appui (ou à défaut, des portraits robots) afin que n’importe quel Burkinabè ou ami du Burkina qui aurait des informations sur eux puisse saisir les Forces de défense et de sécurité ou l’Agence nationale de renseignements ».

L’autre préoccupation de l’Opposition, c’est l’interruption du cursus scolaire de 150 000 élèves des zones attaquées. Dans un trimestre débutent les examens scolaires. L’Opposition politique encourage le Gouvernement à tout mettre en œuvre pour éviter une année blanche à ces élèves. Tout doit être également mis en œuvre pour que ces 150 000 élèves ne soient pas une génération sacrifiée sur l’autel du terrorisme.

Le Cfop dénonce une récupération politique des événements culturels et artistiques

Pour l’opposition, le parti au pouvoir MPP a tenté de récupérer politiquement le Fespaco en faisant de la propagande, notamment lors de la cérémonie de clôture. « C’est une honte pour notre pays, dans la mesure où ces actes ont été posés en présence de chefs d’Etat de pays amis, de vedettes du cinéma et de plusieurs centaines de festivaliers venus des quatre coins du monde », indique le Cfop.

L’Opposition dénonce également une tentative de récupération du 08 mars par le MPP. “Cette année le pagne du 08 mars est de couleur orange (couleur officielle du MPP), sans aucune référence aux couleurs nationales du Burkina Faso. La seule explication, c’est que le MPP veut faire de la propagande à travers la Journée internationale de la femme”, précise le Cfop.

Laisser un commentaire