Home > Politique > Mali : mort « certifiée » d’Amadou Koufa, mentor du Burkinabè Ibrahim Dicko (officiel)

Mali : mort « certifiée » d’Amadou Koufa, mentor du Burkinabè Ibrahim Dicko (officiel)

Amadou Koufa l’une des figures principales du djihadisme au Mali, et père spirituel de feu Ibrahim Dicko, a été tué dans une opération anti-terroriste menée par l’armée malienne et la force française Barkhane dans le centre du Mali le 23 novembre 2018. Une trentaine d’autres présumés terroristes ont été tués dans la même opération.  L’annonce, d’abord faite, vendredi, par la ministre française des Armées, Florence Parly, a été confirmée samedi 24 novembre, par le ministère malien de la Défense  dans un communiqué.

« La mort d’Amadou Koufa est certifiée », écrit le ministère de la Défense du Mali, précisant qu’ « Amadou Koufa a été tué lors de la destruction de la base de la Katiba Ansar Eddine du Macina, au cours d’une opération coordonnée par les FAMA et Barkhane ».

Vendredi, la ministre française des Armées, Florence Parly avait salué « une action d’ampleur, complexe et audacieuse qui a permis de neutraliser un important détachement terroriste au sein duquel se trouvait probablement l’un des principaux adjoints de Iyad ag Ghali, Amadou Koufa, chef de la katiba Macina ».

Qui est Amadou Koufa ?

Prédicateur radicalisé, Amadou Koufa qui serait né autour de 1965, était le père spirituel de Ibrahim Dicko, le fondateur du groupe terroriste « Ansarul Islam » sur le sol burkinabè. Dans une vidéo de propagande diffusée le 8 novembre, Amadou Kouffa a appelé les populations de l’ethnie peule à rejoindre le djihad. Chef de la Katiba Macina d’Ansar Eddine, il était l’un des proches lieutenants d’Iyad Ag Ghali, chef du groupe djihadiste GSIM (Jama’at Nusrat al-Islam wal-Muslimin, soit Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans).

Ibrahim Dicko n’a plus fait signe de vie depuis qu’une publication avait laissé croire à sa mort en juin 2017 et annoncé sa succession par son jeune frère Jafar Dicko.

Selon un bilan cette semaine des Nations unies, plus de 500 personnes ont été tuées dans des violences, intercommunautaires ou terroristes dans le centre du Mali.

Laisser un commentaire