Home > Politique > L’OPPOSITION À KOSYAM CE JEUDI, CE QUI EST EN JEU

L’OPPOSITION À KOSYAM CE JEUDI, CE QUI EST EN JEU

Une rencontre d’échanges sur la situation nationale entre le Président du Faso, Roch Kaboré et Zéphirin Diabré, Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) burkinabè, ce jeudi 07 juillet 2016 à 10 heures au palais de Kossyam. La société civile y est aussi annoncée, selon une source. Ce rendez-vous fait suite à l’audience accordée par le chef de l’Etat à Zéphirin Diabré alors conduisant une délégation de l’opposition le 24 juin dernier.

Rien n’a vraiment filtré sur le menu de la rencontre de ce matin même si elle est placée sous la thématique de « la situation nationale ». Cependant l’on devine que le plat de résistance sur la table des deux parties sera la mise en place de la commission constitutionnelle chargée de rédiger la nouvelle constitution. La nécessité d’une nouvelle constitution a été largement reconnue par tous les acteurs politiques, mais aussi de la société civile depuis la transition. Mais de façon inattendue, le CFOP, a indiqué, fin mai, qu’une nouvelle constitution n’était pas une urgence. Elle a menacé de se retirer de la commission constitutionnelle dont le président Me Halidou Ouédraogo a été désigné par décret. Et c’est ce décret qui est mis en cause par l’opposition. C’est sans doute pour concilier les différentes positions et trouver le juste milieu que le chef de l’Etat a initié cette rencontre. D’autres sujets d’actualité comme la lutte contre l’insécurité avec le débat national sur la place des groupes d’autodéfense surnommés Koglweogo mais également la poursuite de la mise en place des conseils municipaux dont certains sont sous la menace de la délégation, serviront certainement de dessert ce matin à Kosyam.

Un face-à-face qui rappelle un autre.C’était également un jeudi plus précisément le 14 novembre 2013, que pour la toute première fois depuis la création de l’institution Chef de file de l’opposition politique (CFOP), le chef de l’Etat de l’époque Blaise Compaoré avait reçu enfin ses opposants au palais présidentiel. Avant cette date, sauf erreur ou omission, Blaise Compaoré n’avait jamais accordé une audience à son opposition depuis le temps du Collectif contre l’impunité quand il avait reçu Halidou Ouédraogo et ses camarades. C’était en mai 2000. Le face à face entre Roch et Zeph ce matin n’est pas sans rappeler celui entre Blaise et Zeph. En effet, si pour Blaise c’est la mise en place du Sénat qui n’était pas du goût de l’opposition, cette fois-ci c’est celle de la commission constitutionnelle qui coince. Le blocage du sénat par l’opposition avait contraint Blaise Compaoré a institué un «dialogue politique national » auquel avait pris part l’actuel président alors président du MPP en tant qu’opposant. Aboutira-t-on à une telle issue cette fois-ci encore ? L’ambiance de fin de la rencontre de ce matin à Kosyam nous donnera des pistes de réponses.

 

Tu pourrais aussi aimer
« Le rôle des OSC n’est pas la prise du pouvoir d’Etat, ni de faire la politique », (Roch Kaboré)
Terrorisme au Burkina « Des acteurs extérieurs sont impliqués », (Roch Kaboré)
« Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », (Roch Kaboré)
Politique : « Il n’appartient pas à Zéphirin Diabré de distribuer des cartons d’insurgés à qui il veut », Boniface Zango du MPP

Laisser un commentaire