Home > Politique > « L’état d’âme du CDP ne m’intéresse pas », dixit Simon Compaoré, 2e vice-président du MPP

« L’état d’âme du CDP ne m’intéresse pas », dixit Simon Compaoré, 2e vice-président du MPP

Le 2e vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Simon Compaoré, dans une interview à Radio Oméga a estimé qu’il faut se plier à la décision du Conseil constitutionnel.

Cette réaction fait suite à la décision du CDP et des partis de l’ex majorité de boycotter toutes les élections au Burkina tant que le Conseil constitutionnel ne revienne pas sur l’invalidation des candidatures.

« Le droit a été dit. Il n’y a pas de commentaire. Chacun devrait prendre acte surtout qu’il n’y a pas de recours », a conseillé Simon Compaoré avant de lâcher : « l’état d’âme du CDP ne m’intéresse pas ».

Quant à l’appel à la désobéissance civile lancé par le CDP, Simon Compaoré s’interroge : « hier et aujourd’hui, est ce que vous sentez que quelqu’un a mal à la tête parce que quelqu’un a appelé à la désobéissance civile ? ». Pour lui, cet appel du CDP ne peut pas empêcher le processus électoral de suivre son cours.

A savoir si la non-participation de l’ex majorité aux élections ne constitue pas un problème, Simon Compaoré répond : « ah ça non ! On ne peut pas empêcher les élections de se tenir. La participation aux élections est volontaire. Mais s’il y a un parti qui ne veut pas participer, il n’y a aucun problème. Il y a eu des élections dans ce pays où il y avait un seul candidat. Je crois que ceux qui se plaignent savent qu’il y a eu des élections où l’opposition a refusé de participer ».

Selon le 2e vice-président du MPP, cela aurait été un problème si le Conseil constitutionnel avait empêché le CDP et les autres partis de l’ex majorité de prendre part aux élections.

#Recevez_toute_l_actualité_sur_votre_mobile_orange_en_composant_*319#

Laisser un commentaire