Home > Politique > « La Côte-d’Ivoire a décidé d’augmenter les capacités qu’elle nous attribue de 70 à 80 Mégawatts » (Roch Kaboré, 5e TAC)

« La Côte-d’Ivoire a décidé d’augmenter les capacités qu’elle nous attribue de 70 à 80 Mégawatts » (Roch Kaboré, 5e TAC)

Le Président du Faso Roch Kaboré est rentré vendredi, 29 juillet 2016, de la Côte-d’Ivoire où il a pris part au 5e Traité d’amitié et de coopération Burkina Côte-d’Ivoire (TAC). Plus d’une dizaine d’accords ont été signés entre les deux pays et les liens davantage renforcés.

Roch Kaboré est arrivé à l’aéroport de Ouagadougou peu avant 18H. Il avait à ses côtés Alpha Barry et Simon Compaoré, respectivement ministres des Affaires étrangères et de la Sécurité. Le Président du Faso a dressé le bilan de ce 5e Traité d’amitié et de coopération Burkina Côte-d’Ivoire. Les deux pays ont fait le point sur les orientations du 4e TAC et sont revenus sur la construction de l’autoroute Abidjan Ouagadougou. « Le 5e TAC a été l’occasion pour les deux pays de faire le point des décisions et des orientations prises à la 4e conférence. Nous sommes ainsi revenus sur la construction de l’autoroute Abidjan-Ouagadougou. Au niveau de la Côte-d’Ivoire une partie de cette autoroute a déjà été construite, pour le Burkina Faso, nous sommes en train de faire des études techniques et l’évaluation technique que nous avons déjà ». Nous avons engagé les deux gouvernements à travailler de concert pour rechercher des financements auprès de la Banque africaine de développement (BAD). A notre prochaine rencontre nous devons savoir comment terminer cette autoroute » a dit le Président du Faso.

 

« Nous avons discuté de toutes les questions qui ont trait à l’énergie aussi bien électrique que des hydrocarbures. La Côte-d’Ivoire a décidé d’augmenter les capacités qu’elle nous attribue de 70 à 80 Mégawatts. Au départ on était à 50, nous sommes montés à 70 et maintenant nous serons à 80 Mégawatts » a annoncé M. Kaboré.

 

En ce qui concerne l’épineuse question des hydrocarbures où la Côte-d’Ivoire avait imposé au Burkina Faso à travers la Société nationale burkinabè d’hydrocarbure (SONABHY), de s’approvisionner à la Société ivoirienne de raffinage (SIR), Roch Kaboré note que les deux pays ont décidé de mettre en place une structure commune qui va discuter et trouver des solutions dans l’intérêt des deux parties.

 

Des discussions ont aussi tourné autour du Mont Péko. Cette forêt classée où sont installés de nombreux burkinabè aujourd’hui contraints de quitter les lieux. Les autorités burkinabè ont demandé que des discussions soient engagées entre les deux parties pour trouver ensemble un « terrain d’entente ».

 

Au cours de ce 5e Traité d’amitié et de coopération (TAC), 13 accords ont été signés entre le Burkina et la Côte-d’Ivoire dans les secteurs de la sécurité, des transports, de l’enseignement et de la culture. « De façon globale, le 5e TAC a été une rencontre positive qui a posé les bases d’un renforcement de la coopération entre nos deux pays, entre nos deux peuples et entre les deux gouvernements » a insisté le Président Kaboré.

 

Lamine TRAORE

 

Tu pourrais aussi aimer
« Le rôle des OSC n’est pas la prise du pouvoir d’Etat, ni de faire la politique », (Roch Kaboré)
Rwanda: Il faut passer par la France pour avoir un visa pour le Burkina, « il s’agit de vieux accords », (Alpha Barry)
Le Maroc octroie 20 bourses d’études supplémentaires au Burkina, (Alpha Barry)
Terrorisme au Burkina « Des acteurs extérieurs sont impliqués », (Roch Kaboré)

Laisser un commentaire