Home > Politique > JOURNEE MONDIALE DE LA PRESSE : « LE GOUVERNEMENT NE MENAGERA AUCUN EFFORT POUR ACCOMPAGNER LES MEDIAS » (REMIS DANDJINOU)

JOURNEE MONDIALE DE LA PRESSE : « LE GOUVERNEMENT NE MENAGERA AUCUN EFFORT POUR ACCOMPAGNER LES MEDIAS » (REMIS DANDJINOU)

Aujourd’hui 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse, le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement, a rendu hommage aux femmes et hommes des médias, qui « inlassablement défendent l’indépendance des médias au prix de leur vie ». « Défis sécuritaires au Burkina Faso : rôle et responsabilité des médias ! », c’est le thème retenu pour marquer la journée mondiale de la presse au Burkina. « Il me plait de saluer le choix du thème et le travail des médias qui, malgré des contraintes diverses, contribuent à la sensibilisation de l’opinion nationale sur les comportements citoyens à adopter en cette période délicate » indique le ministre dans son message à la presse. Pour lui, ce thème s’inscrit en droite ligne des initiatives concertées engagées ici et là pour promouvoir un traitement adéquat de l’information sécuritaire. Des échanges ont eu lieu entre professionnels des médias et de la sécurité, mardi 2 mai. Et pour le ministre : « La liberté de presse va de pair avec la sécurité des journalistes et celle des populations. Les attentes vis-à-vis des médias, dans la lutte contre l’insécurité, sont très fortes ».

Liberté de la presse : Le Burkina 42e sur 180 pays

Le Burkina Faso est classé 42e mondiale sur 180 pays, 5e en Afrique et 1er en Afrique francophone, confortant son positionnement de 2016, malgré une situation sécuritaire généralement défavorable à nos frontière et dans le monde. « Ce rang ne doit pas occulter la nécessité constante d’être attentif à toutes les atteintes potentielles à la liberté de la presse » indique le ministre qui confie que : « le gouvernement, comme l’ensemble des acteurs de la société civile restent attachés à la liberté et au pluralisme des médias, élément charnière de la bonne gouvernance. Le valeureux rang que nous saluons tous, à juste titre, est le fruit des engagements tenus par les acteurs des médias, dans leur diversité et par les décideurs à différents niveaux ». C’est pourquoi, foi du ministre, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour, non seulement accompagner cet élan, mais aussi œuvrer au renforcement des capacités structurelles des médias, structurer durablement l’appui à leur développement, afin de garantir cette liberté, d’assurer la quiétude des hommes de médias dans l’exercice de leur profession.

Synthèse, Bassératou Kindo

Laisser un commentaire