Home > Politique > «Je ne vois pas pourquoi rencontrer Blaise. Pour dire quoi ?» (Roch Kaboré, président du Faso)

«Je ne vois pas pourquoi rencontrer Blaise. Pour dire quoi ?» (Roch Kaboré, président du Faso)

Pendant que la rencontre entre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro et son homologue burkinabè Salif Diallo en marge de réunion des parlementaires francophones fait le buzz, celle éventuelle entre le président du Faso Roch Kaboré et l’ancien chef de l’Etat burkinabè Blaise Compaoré n’est pas pour demain la veille selon l’actuel locataire du palais présidentiel de Kosyam. Un mandat d’arrêt émis par le Burkina pèse sur Blaise Compaoré qui a pris entre temps la nationalité ivoirienne. Un changement de nationalité difficile à accepter pour Roch Kaboré. «C’est son choix d’être devenu Ivoirien. Pour ma part, j’ai considéré qu’il est un peu difficile d’accepter qu’après 27 ans à la tête d’un pays, on puisse changer de nationalité» s’est prononcé Roch Kaboré dans une interview accordée le 8 juillet dernier à deux journaux ivoiriens et deux journaux burkinabè.
«Pour ma part, je ne vois pas pourquoi j’irai en Côte d’Ivoire pour mes missions normales et aller rencontrer Blaise Compaoré. Pour dire quoi ? Ce qui est important à mon sens c’est que chacun assume ses responsabilités. Ce n’est pas à Roch Kaboré que Blaise Compaoré doit des comptes, mais au peuple burkinabè. Sinon ce n’est pas un problème de personne mais de principe. J’ai la responsabilité de l’Etat et le peuple burkinabè demande des comptes. Si on se rencontre je le saluerai, mais je ne vois pas où on pourrait se croiser» a indiqué le président du Faso.

En prélude au prochain sommet du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d’Ivoire, Roch kaboré a accordé une interview le 8 juillet dernier aux journaux burkinabè Sidwaya et Le Pays et ivoiriens, Fraternité matin et l’Intelligent d’Abidja

Tu pourrais aussi aimer
Justice militaire : Le commissaire du gouvernement et un juge d’instruction remplacés

Laisser un commentaire