Home > Politique > Enrôlement des Burkinabè de l’extérieur : «Nous avions dit qu’il fallait négocier avec nos pays frères pour qu’on puisse avoir d’autres sites d’enrôlement pour minimiser les distances et pour minimiser les couts des déplacements» (Moussa Zerbo, porte-parole UPC)

Enrôlement des Burkinabè de l’extérieur : «Nous avions dit qu’il fallait négocier avec nos pays frères pour qu’on puisse avoir d’autres sites d’enrôlement pour minimiser les distances et pour minimiser les couts des déplacements» (Moussa Zerbo, porte-parole UPC)

« Nous pensons que sur près de 2 millions d’électeurs estimés, on pouvait faire mieux que ça si on avait pris en compte certaines suggestions venant de l’opposition » a déclaré mardi le porte-parole de l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

Cette déclaration fait suite aux chiffres donnés par le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur l’enrôlement des burkinabè de l’extérieurs. « A ce jour, nous avons 14 185 enrôlés sur l’ensemble de nos 22 ambassades et consulats » a indiqué Newton Hamed Barry.

Pour le parti du Lion, ce n’est pas une surprise. « Lorsque l’opposition fait des observations on croit que c’est pour amuser la galerie. Nous avions attiré l’attention sur cet état de fait qui allait arriver. Nous avions dit qu’il fallait négocier avec nos pays frères pour qu’on puisse avoir d’autres sites d’enrôlement pour minimiser les distances et pour minimiser les couts des déplacements afin  de permettre à nos compatriotes de pouvoir s’enrôler » ajoute Moussa Zerbo.

« Ces questions n’ont pas été prises en compte pour le moment même si le nouveau code électoral à son article 72 essaie de corriger la situation. Encore que ce code n’a pas encore été voté pendant ce temps le processus est en cours » poursuit le porte-parole de l’UPC.

Mohamed Nakanabo

Laisser un commentaire