Home > Politique > Côte d’Ivoire : « Il n’y a pas de tirs à l’heure qu’il est », (Correspondant)

Côte d’Ivoire : « Il n’y a pas de tirs à l’heure qu’il est », (Correspondant)

Les mutineries ont repris  en Côte d’Ivoire avec des tirs nourris de soldats mutins pour réclamer des primes non payées à Bouaké, la deuxième ville du pays, mais aussi à Abidjan, la capitale économique. Lundi, la situation était très tendue. Le ministre de la Défense a annoncé dans la soirée qu’ « un accord a été trouvé » avec les militaires, mais sans en préciser les modalités.

« Pour la première fois depuis le début de cette mutinerie, des militaires encagoulés ont sillonné les rues de San-Pedro dans le Sud-Ouest du pays en tirant en l’air. Plusieurs administrations, des commerces et des écoles ont fermé et la population est rentrée précipitamment chez-elle. Ces mêmes scènes de soldats mutins ont été constatées dans des villes de Bouaké, Abidjan, Daloa, Gagnoa et Korogho » a dit Ange Kakou, un des correspondants de Radio Oméga à Abidjan.

 

Comment Abidjan s’est-elle réveillée mardi matin ?

« La situation est beaucoup plus calme. Abidjan s’interroge mais est moins stressée ce matin. Il n’y a pas de tirs à l’heure qu’il est. Les ivoiriens cherchent à regagner leur bureau et en même temps se posent des questions si les tirs ont réellement cessé. Plusieurs riverains ont confirmé qu’ils n’ont pas entendu de tirs ce matin », a répondu Fernand Dédeh, un autre correspondant au journal de 6h15.

« Cette nuit a été calme et ce matin tous les barrages étaient levés. Cependant nous n’avons pas la confirmation de la fin de la crise », a envoyé  comme message l’ambassade de la France à ses ressortissants.

« Le gouvernement propose 5 millions de FCFA, nous nous demandons 7 millions de FCFA, l’accord est mort », a affirmé un mutin à Bouaké.

 

Tu pourrais aussi aimer
Tombouctou : un obus lancé sur le super camp de la Minusma, (correspondant)
Bani : La situation a dégénéré ce soir, (correspondant)
BANI: La CRS est venue faire sortir le maire et ses conseillers vers une destination inconnue, (Correspondant)
Tialgo : le bilan s’est alourdi, le ministre de la sécurité s’est rendu sur les lieux, (correspondant)

Laisser un commentaire